C'est bon pour le moral! Xavier Malisse (ATP 41) a créé la surprise, mardi, lors de la deuxième journée du tournoi Masters Series de Rome, doté de 2 450 000 dollars. Sur le court Nicola Pitrangeli, le deuxième du célèbre Foro Italico, le Courtraisien s'est payé le scalp de Gaston Gaudio (ATP 8), lauréat de Roland Garros en 2004. Il s'est imposé 4-6, 6-3 et 6-3 après une bataille de 2 heures 11 de jeu pour signer sa première victoire sur terre battue de la saison.

«Cela fait un bien fou!» s'exclama-t-il, le sourire aux lèvres, à l'issue de sa qualification. «Il y a un bon bout de temps que je n'avais plus battu un joueur du Top 10. Le troisième set fut épique mais je n'ai pas lâché. J'ai, par deux fois, compté un break d'avance mais il a encore failli revenir à 4-4. Heureusement, j'ai bien négocié les points importants, jouant très long pour le pousser à la faute. Et c'est lui qui a fini par craquer.»

Auteur d'un bon début de saison, marqué du sceau de deux accessions en finale à Adélaïde et à Delray Beach, Xavier Malisse n'avait pas vraiment réussi à capitaliser depuis. Ces deux derniers mois, le Flandrien n'avait même plus guère été à la fête, pas aidé par un tirage au sort qui l'obligea notamment à se farcir David Nalbandian (ATP 3) au premier tour à Monte-Carlo, voici deux semaines. C'est dire si cette victoire contre l'un des meilleurs spécialistes de la surface ocre tombe à point nommé...

«Je n'ai pas produit mon meilleur tennis mais je me suis battu. J'ai beaucoup couru et bien gardé la balle dans le terrain. En raison d'une tendinite au poignet droit, je n'ai pas connu la préparation idéale pour ma saison sur terre battue. J'ai donc encore besoin de matches pour trouver le rythme mais je ne suis pas mécontent de mon niveau», ajouta le Flandrien, qui pourrait bien faire son retour au sein de l'équipe belge de Coupe Davis en septembre en Slovaquie. «J'ai envie de disputer la Coupe Davis. Je l'ai répété à Julien Hoferlin à Monte-Carlo mais je veux juste que tout soit réglé avec la Fédération.»

Au tour de Berdych

Au deuxième tour, Xavier Malisse rencontrera ce mercredi Tomas Berdych (ATP 21), vainqueur 6-1, 6-3 de Paradorn Srichaphan (ATP 36). Les deux joueurs ne se sont rencontrés qu'à une seule reprise sur le circuit jusqu'à présent, en demi-finales du tournoi d'Adélaïde justement, au mois de janvier, et le Flandrien s'était imposé aisément 6-4, 6-0.

«Ce ne sera pas évident. A Adélaïde, tout avait coulé de source. J'avais joué le match pour ainsi dire parfait. Il faudra que je varie bien mes frappes et que je le garde au fond du court car quand il peut rentrer dans le terrain, il fait des dégâts. Mais bon, c'est un bon début...», conclut le Courtraisien, qui a été invité pour participer à une exhibition à Majorque avec Rafael Nadal (ATP 2) et Carlos Moya (ATP 33), la semaine précédant Roland Garros.

Olivier Rochus (ATP 29), lui, n'aura pas connu la même réussite. Emoussé par sa formidable semaine vécue au tournoi de Munich, il n'a pas eu le ressort nécessaire pour écarter Marcos Baghdatis (ATP 20), le finaliste de l'Australian Open. Il s'est incliné 7-5, 6-4, non sans avoir mené 4-2 dans la première manche et hérité de trois balles de premier set à 5-4.

«Les conditions n'étaient pas idéales», confia-t-il avant de partir disputer son double avec Jarkko Nieminen. «Je suis arrivé lundi soir de Munich et je suis directement parti chez le médecin. Je souffre d'une infection des voies respiratoires et je dois prendre des aérosols. J'avais tout juste pu taper la balle un quart d'heure avant de jouer vu qu'il avait plu dans la matinée. J'ai connu des difficultés à me déplacer sur un terrain en piteux état. Je n'ai pas très bien servi non plus mais il s'en est malgré tout bien sorti, frappant notamment un ace sur deuxième balle pour m'empêcher d'empocher le premier set. C'est dommage...»

© Les Sports 2006