C' est à Sun City, en Afrique du Sud, et sous une chaleur suffocante atteignant les 35°C que le jeune Frédéric de Fays (14 ans) a remporté, la semaine passée, les Masters du Nike Junior Tour, une épreuve d'envergure mondiale (23 pays sont représentés) destinée aux tennis en herbe de moins de quatorze ans. Pour le joueur originaire d'Arlon et qui s'entraîne sous les ordres de Fabien Verougstraete au Spora Luxembourg, il s'agit assurément d'une belle cerise sur le gâteau.

«Je suis vraiment content parce qu'il s'agissait de ma troisième participation et de ma dernière possibilité de remporter cette compétition vu que j'ai maintenant atteint la limite d'âge», explique le premier vainqueur belge de l'épreuve. «Il y a deux ans, aux Bahamas, j'avais été battu en demi-finale et, l'an dernier, je n'avais pas réussi à franchir le premier tour. Cette fois, en tant que tête de série n°4, ce Masters constituait un de mes principaux objectifs pour cette année. Le Championnat d'Europe m'ayant laissé quelque peu sur ma faim après mon élimination au stade des demi-finales, je suis ravi d'avoir pu faire main basse sur ce tournoi-ci, d'autant qu'à l'exception d'un Biélorusse, tous les meilleurs Européens étaient présents.»

Conditions inhabituelles

Si le parcours de Frédéric, dispensé de premier tour, fut relativement aisé pour parvenir en finale, il a toutefois dû composer avec des conditions de jeu inhabituelles pour lui. «Heureusement, je savais plus ou moins à quoi m'attendre pour avoir déjà évolué en Afrique du Sud l'an dernier, poursuit-il. La chaleur est un paramètre que j'ai finalement pu gérer, même si la demi-finale, qui a duré plus de deux heures, fut particulièrement éprouvante. Ce ne fut pas évident de récupérer de mes efforts pour la finale, lors de laquelle j'ai encore dû batailler trois sets pour vaincre le Suisse Dylan Sessagesimi. Je n'ai sans doute pas développé mon meilleur tennis au cours de cette phase finale mais je me suis montré très constant.»

De retour au pays, Frédéric de Fays disputera encore un tournoi ITF à Heiveld dans le courant du mois de décembre, histoire de grappiller quelques points supplémentaires dans la hiérarchie qu'il a intégrée cet été. «J'ai récolté mes vingt premiers points lors de compétitions en Suisse et en France», reprend le vainqueur de l'édition 2003 de la Coupe de Borman. «Très honnêtement, la différence ne s'est pas encore fait ressentir. C'est bon signe pour la suite. Je me situe actuellement aux alentours de la 800e place mais, en cas de succès final à Heiveld, je pense pouvoir dépasser près de 500 concurrents. Dès lors, à moi de bien m'y comporter.»

sur un court de Sun City.

© Les Sports 2003