Il faut un début à tout. Frédéric de Fays, 15 ans et demi, a remporté, mardi à Rhode-Saint-Genèse, son tout premier match sur le circuit dans le cadre du Corona Open, tournoi Future s du calendrier ITF doté de 15000 dollars. Titulaire d'une wild card, l'Arlonais a dominé en trois sets le Néerlandais Romano Frantzen (ATP 1180) 4-6, 6-1, 7-6 (7/5), issu des qualifications, pour décrocher, par la même occasion, son tout premier point ATP.

«J'avoue que j'étais quelque peu stressé car il y avait la télévision et pas mal de proches, mais là, je suis soulagé », expliqua-t-il après avoir demandé à ses amis d'aller chercher du champagne pour fêter l'événement. «Je savais que je ne bénéficierais pas de 40 occasions de figurer dans le tableau final, alors je me suis battu comme un fou. Le troisième set s'est joué à peu de chose. A mon âge, avoir mon premier point ATP, c'est génial.»

Dans le milieu, tout le monde s'accorde à dire que ce grand garçon de 1,83m représente, à moyen terme, l'avenir du tennis masculin belge. Doté d'un puissant service et d'un excellent coup droit, il a, en tout cas, déjà fait ses preuves dans les catégories de jeunes, se classant troisième joueur européen chez les moins de 14 ans.

Sampras et Federer

«Le fait que les gens me considèrent comme un espoir est flatteur, sourit-il. Cela ne me met, cependant, pas trop de pression. Je dirais que cela m'encourage surtout à persévérer. Plus tard, j'espère simplement devenir un bon joueur. Je ne rêve pas de la place de numéro un mais j'aimerais bien triompher un jour à l'US Open. J'adore ce tournoi pour le gigantisme qu'il dégage et parce que sa surface correspond à mon avis le mieux à mon jeu. Je suis un attaquant du fond du court qui aime bien faire service-volée. Pete Sampras et Roger Federer sont mes exemples.»

Le chemin, évidemment, est encore long et parsemé d'embûches. Le circuit, à ce niveau-là, s'assimile à une jungle, dont il n'est pas aisé de s'extirper. Frédéric de Fays le sait. Toujours aux études à l'Isma, à Arlon, qu'il combine avec des entraînements au Spora, avec l'aide d'une bourse du BATD, il ne s'emballe, d'ailleurs, pas.

«Heureusement, j'adore voyager. Cela ne me fait donc pas trop peur. Mon prochain objectif est de pouvoir entrer dans le tableau final du tournoi juniors de Roland Garros. Vu que tous les joueurs nés en 1986 seront trop âgés en janvier, je serai 65e mondial. J'aurai donc toutes mes chances. Je travaille beaucoup mon mental et mon physique...»

Au deuxième tour, à Rhode- Saint-Genèse, l'attend le Français Laurent Recouderc (ATP 534), vainqueur de Jeroen Masson (ATP 307), 6-3, 1-6, 6-4. La grande aventure est lancée...

© Les Sports 2004