PORTRAIT

Au sein de la Fédération francophone de tennis, tout le monde s'accorde à dire que Frédéric de Fays représente, à moyen terme, l'avenir du tennis belge du côté masculin. De fait, ce joueur arlonais de 14 ans et demi domine sa catégorie haut la main en Belgique et fait partie du top 3 européen en compagnie de deux joueurs venus de l'Est (un Tchèque et un Biélorusse).

«Ma taille (NdlR: 1,80m) est bien sûr un atout non négligeable, qui me permet notamment d'avoir confiance en mon service. Je crois aussi disposer d'un bon toucher. En revanche, je dois encore travailler mon coup droit, qui n'est pas très académique, et la gestion mentale de mes matches. J'ai encore tendance à balancer la rencontre quand je ne sens pas la balle, même si je suis en progrès.»

Statut d'espoir sportif

Entraîné par Fabien Verougstraete au Spora, une structure privée sise à Luxembourg, Frédéric de Fays bénéficie d'un statut d'espoir sportif qui lui permet désormais d'avoir un horaire aménagé pour la suite de sa scolarité (soit des cours le matin et un entraînement l'après-midi, à raison de quinze heures par semaine).

«Grâce à ce statut, j'ai aussi certaines libertés pour partir à l'étranger. En règle générale, la direction de l'établissement se montre compréhensive...» intervient Frédéric.

Récemment, celui-ci a refusé la proposition qui lui a été faite de rejoindre le centre de formation de l'AFT à Mons. «Tant que les choses tournent bien pour lui, il n'y a pas de raison de changer, d'autant que les structures qui l'entourent actuellement sont très performantes et je ne crois pas que Frédéric ait quoi que ce soit à gagner dans l'immédiat en se rendant dans le Hainaut. La Fédération a, du reste, très bien compris notre raisonnement et nous restons en contact avec elle», explique ainsi le papa du joueur.

Déception surmontée

Avant de tenter d'empocher ses premiers points ITF (moins de 18 ans), le sociétaire du TC Jeunesse Arlonaise a disputé la Coupe de Borman, la semaine passée, au Royal Leopold Club avec la ferme intention de s'imposer dans la catégorie cadets. Mission accomplie pour ce talentueux droitier, avide de revanche après avoir manqué son principal objectif de l'été.

«J'avais effectivement les moyens de remporter le Championnat d'Europe, le mois dernier à Vichy, mais j'ai connu un jour sans en demi-finales, explique encore cet étudiant en 4e secondaire section latin-langues. C'est vraiment dommage parce que j'avais battu le futur lauréat quelques semaines plus tôt. Avec cette victoire en Coupe de Borman, j'ai toutefois quelque peu surmonté ma déception. Maintenant, je prends la direction de la Suisse pour essayer de grappiller quelques points ITF...»

© Les Sports 2003