Tennis

Le Liégeois le sait bien : la logique veut qu’il perde ce quart face à Novak Djokovic. Mais ce qu’il sait aussi, c’est qu’en ce moment il joue de nouveau son meilleur tennis et qu’il est très dur à battre. Alors ce mercredi, il va y croire comme jamais et tout tenter pour faire vivre un cauchemar au n° 1 mondial. Il a perdu cinq de leurs six derniers duels mais a remporté le dernier à Monte-Carlo en quarts en 2017.

"À Monte-Carlo c’était en deux sets, c’était très dur, dans une période où il était en train de revenir, donc pas le Djokovic de maintenant. Je vais essayer de m’accrocher, de faire un grand match, car pour battre Djokovic sur le central de Wimbledon il n’y a que ça à faire. Il faut essayer d’aller chercher l’exploit."

Et pour cela il a mis toutes les chances de son côté en développant ce revers slicé et ces amorties capables de casser le tempo d’enfer du Djoker. Djokovic déteste qu’on lui slice sur le revers car il peut s’y embrouiller le timing pour un moment, mais pour tenir cette stratégie face à la pression imposée par le Serbe il faut un match parfait.

(...)