Greg Rusedski est de retour. Débarrassé de ses pépins physiques, le Britannique au service de plomb a conclu une semaine de rêve pour décrocher, dimanche à Indianapolis, le douzième titre de sa carrière en battant Felix Mantilla 6-7 (6/8), 6-4, 6-4 en finale. A une semaine du début de l'US Open, ce succès ne pouvait mieux tomber. En battant des joueurs du calibre de Lleyton Hewitt et Tommy Haas, le natif de Montréal s'est ainsi placé dans des conditions idéales pour aborder en toute sérénité la dernière levée du Grand Chelem du calendrier.

`Beaucoup de lauréats ici ont continué sur leur lancée et connu la réussite à l'US Open. J'espère que je parviendrai à les imiter. Ces deux dernières semaines, j'ai gagné un tournoi et battu trois joueurs du Top 10 (NdlR: il avait déjà éliminé Marat Safin à Cincinnati). J'imagine dès lors que rares seront ceux qui voudront voir leur nom couplé au mien lors du premier tour de l'US Open...´, sourit-il.

Greg Rusedski a, toutefois, dû remonter le déficit d'un set et batailler durant 2h46 pour vaincre Felix Mantilla pour la première fois en trois confrontations. Le grand gaucher, cela dit, a pu une nouvelle fois compter sur son arme fatale, son service canon avec lequel il a frappé la bagatelle de 16 aces, pour y arriver. Il a également réussi à surmonter sa colère, après avoir perdu le tie-break sur un retour jugé faute, et le défi d'un adversaire très accrocheur.

Quatrième mondial en 1997

A l'orée de ses 29 ans, qu'il fêtera le 6 septembre prochain, le Britannique, dont le meilleur classement fut une quatrième place mondiale en octobre 1997, nourrit le sentiment que son jeu retrouve les sommets après deux saisons perturbées par des problèmes au pied et au dos. Il faudra donc le tenir fameusement à l'oeil, à partir de lundi prochain, sur les courts en ciment de Flushing Meadow, où il fut finaliste en 1997 contre Patrick Rafter.

`J'attends avec impatience l'US Open, assure-t-il. J'étais encore sixième mondial avant d'être blessé. Cela m'a pris deux rudes années pour revenir et j'espère que je suis reparti pour de bon...´

© Les Sports 2002