Votre favori pour l'US Open
Andy Roddick
Pete Sampras
Xavier Malisse
Gustavo Kuerten
Patrick Rafter
André Agassi
Marat Safin


Voir les résultats
Le Brésilien Gustavo Kuerten a fait une nouvelle démonstration de ses qualités sur le ciment newyorkais en battant l’Espagnol Albert Costa en trois sets, 6-4, 6-4, 7-6, et obtenant ainsi son billet pour les quarts de finale de l’US Open.

Trois sets ont également suffi à l’Américain Andy Roddick pour écarter l’Espagnol Tommy Robredo (6-2, 6-2, 6-4) et poursuivre l’aventure.

«C’est comme dans un rêve, j’ai l’impression que je vais me réveiller d’une minute à l’autre et j’ai envie de rester endormi », commentait le droitier d’Omaha qui devait attendre pour connaître le nom de son adversaire

La pluie a envoyé l’Australien Lleyton Hewitt (N.4) et l’Allemand Tommy Haas (N.16) à des retrouvailles le lendemain alors que Haas menait 1 set à 0.

Ceux qui doutaient encore des capacités de «Guga » sur la surface dure en furent pour leur frais. Deux jours après avoir survécu au bombardement du géant bélarusse, Max Mirnyi, le roi de la terre battue n’a pas laissé d’espoir à Costa, le tombeur du Croate Goran Ivanisevic.

Dix-huit aces sans commettre la moindre double-faute, et un seul service en danger qu’il dut concéder au premier set... le tout alors qu’il n’était même pas à 100% en raison d’une certaine fatigue du match précédent.

«Ce n’est pas facile de jouer à 100% deux matches de suite, avouait-il. »J’ai donc du me contenter de peut-être 87% en élevant le niveau quand c’était nécessaire«.

Le N.1 mondial a renforcé d’étoffer son palmarès, riche de six victoires déjà cette année. Même s’il insiste que pour lui, »le principal est de se faire plaisir sur le court« et le »respect« que lui accorde les autres joueurs quelle que soit la surface.

Son prochain adversaire: le Russe Yevgueni Kafelnikov (N.7), qui lui a toujours donné beaucoup de fil à retordre même si le Brésilien s’est imposé 7 fois en 10 confrontations.

Serena à l’arraché

Kafelnikov, la »locomotive de Sochi«, n’a pas déraillé face au Français Arnaud Clément (N.12) comme cela avait été le cas en quarts de finale de l’Open d’Australie. Même la pluie ne l’a pas empêcher de toucher au but en deux heures (6-3, 6-4, 6-3).

La Suissesse Martina Hingis a atteind avec aisance les demi-finales, se jouant de la jeune tchèque Daja Bedanova en 42 minutes seulement (6-2, 6-0). A la clé, un premier rendez-vous avec la famille Williams, Serena la soeur cadette.

Sa victime du jour n’était autre que la tombeuse de l’Américaine Monica Seles (N.7), celle que Hingis avait quelque peu pris sous son aile quelques années plus tôt. »Elle était venue chez moi et on s’était entrainée. C’est un peu comme mon élève«, plaisantait la N.1 mondiale, présente dans le carré final pour la sixième fois.

La Suissesse n’a pu doubler la mise, échouant en quarts de finale du double avec Jennifer Capriati, match durant lequel les deux filles ont du abuser de vaporisateurs pour lutter contre une nuée de moustiques...

La mission fut beaucoup plus difficile à accomplir pour Serena Williams. Abusant parfois de sa puissance, la lauréate de 1999 s’est fait des frayeurs -ainsi qu’a son papa toujours présent dans l’hémicycle- après avoir pourtant mené 1 set à 0 et 3-0.

Le temps pour Davenport de revenir dans la partie en empochant la deuxième manche au tie-break. La Californienne, couronnée en 1998, à même laissé échapper une balle de 5-4 avec service à suivre dans le dernier set pour finalement baisser pavillon en 2 heure 14 minutes (6-3, 6-7, 7-5). (AFP)