Justine Henin-Hardenne a repris l'entraînement cette semaine. Elle est ainsi partie frapper ses premières balles depuis son élimination à Roland Garros sur... surface dure, mardi, à Géronsart.

«Malheureusement, elle doit se contenter de s'entraîner à l'intérieur, explique son mari Pierre-Yves Hardenne, vu que le club ne dispose que de terrains en terre battue à l'extérieur, mais nous connaissons également quelqu'un qui peut nous accueillir au privé.»

L'Ardennaise a prévu de s'adonner, ces prochains jours, à une séance de tennis et à des exercices physiques pour retrouver de la résistance. Elle ne pourra momentanément plus compter sur l'aide de Pat Etcheberry, reparti en Floride. Elle prendra, dès le milieu de la semaine prochaine, le chemin de Rosmalen, aux Pays-Bas, pour préparer au mieux la courte saison sur gazon. «Justine aime bien disputer le tournoi de Rosmalen en prélude à Wimbledon. Le rebond y est beaucoup plus bas qu'ailleurs et elle considère cela bénéfique au moment de retrouver le gazon anglais.»

Son échec à Roland Garros, Justine Henin ne l'a, en revanche, pas encore digéré. «Elle a pris un gros coup sur la tête à Paris, avoue Pierre-Yves Hardenne. Cette défaite lui a fait très mal au moral. Elle ne nourrit pas une forme de dégoût vis-à-vis du tournoi, puisqu'elle allume régulièrement la télévision, mais ce n'est pas évident à accepter. Le temps devra faire son oeuvre. Justine a besoin de retrouver confiance, et cela passera par le gain de matches. C'est la raison pour laquelle elle veut être prête pour Wimbledon.»

© Les Sports 2004