Christophe Rochus (ATP 68) s'est hissé, vendredi, en demi-finale du tournoi «Masters Series» d'Hambourg à la suite d'une victoire contre un autre Argentin, Juan Ignacio Chela (ATP 40). L'Auvelaisien a fait l'étalage de tout son toucher de balle pour s'imposer en trois sets, 3-6, 6-0, 6-3, et afficher le plus beau résultat de sa carrière. «Je suis mort, mais si heureux..., déclara-t-il, la tête dans les étoiles. C'est fabuleux. Il s'agit de la plus belle performance de ma carrière. Il n'y a pas photo avec mon huitième de finale à l'Australian Open en 2000 et ma finale à Valence en 2003. Non seulement, je n'ai jamais gagné autant d'argent en un tournoi, mais surtout je n'ai jamais battu autant de bons joueurs. C'est incroyable.»

Galvanisé par ses victoires contre Ivan Ljubicic (ATP 13) et surtout Gaston Gaudio (ATP 6), le vainqueur de Roland Garros, Christophe Rochus aura mordu à pleines dents dans la balle pour se fendre d'un nouvel exploit. Après la perte de la première manche, il se sera déchaîné pour développer un somptueux tennis, alignant huit jeux d'affilée afin de mener 2-0 dans le set décisif, pour porter l'estocade au moment où l'Argentin était revenu à 2-2.

«Sans doute parce que je n'ai pas eu souvent l'habitude de disputer ce genre de match, j'étais fort tendu au premier set. Je savais que, du fond du terrain, je n'avais aucune chance, mais je n'osais pas y aller. C'était une question de mental. Ensuite, je me suis lâché. J'ai osé venir au filet et tenter des amorties. Avant, je pense que j'aurais paniqué et j'aurais pris 6-2 dans le deuxième set. Là, j'ai cherché à me faire plaisir. Et cela m'a souri...»

Et voilà donc Christophe Rochus, issu des qualifications, en demi-finale! Il y affrontera, ce samedi, la nouvelle merveille du tennis français, Richard Gasquet (ATP 56), 18 ans, déjà demi-finaliste à Monte-Carlo, où il battit Roger Federer en personne. «Il fait à mes yeux déjà partie des dix ou quinze meilleurs joueurs du monde, en tout cas sur terre battue. Une fois qu'il aura pris confiance en lui et conscience de son potentiel, il sera très dur à battre. C'est l'un des rares génies avec Federer.»

Dans le «Top 50» lundi

Christophe Rochus, de toute manière, ne se fait pas de bile. Quoi qu'il arrive, son tournoi est déjà pleinement réussi. Il lui vaudra même de faire, lundi, sa grande entrée dans le «Top 50» mondial, dépassant de loin le meilleur classement de sa carrière, une 64e

place obtenue fin du mois de mars. «Moi qui étais encore 115e en début d'année, je devrais désormais figurer au 47 ou 48 e rang. En outre, je viens de gagner en une semaine la somme de 85000 euros, moins les taxes, un montant énorme pour moi qui servira pour la construction de ma future maison. C'est un brin surréaliste, mais je pense que je mérite tout ce qui m'arrive...» conclut-il.

© Les Sports 2005