Avec Carlos Rodriguez, son coach, son confident mais aussi presque son père depuis que Justine s'est brouillée avec José Henin, la Rochefortoise va désormais arpenter le circuit, sorte de jungle où le chacun pour soi est la règle d'or. Mais forte de son talent, Justine ne tardera pas à briller...

Coup d'essai et déjà coup de maître pour Justine qui s'impose à Anvers le 16 mai 1999 dans ce qui était... son premier tournoi WTA. Seules quatre joueuses avaient signé cet exploit avant elle. Maintenant que les médias s'étaient déchaînés, que ses adversaires potentielles étaient mises au parfum, le plus dur serait de confirmer. Un petit mois plus tard, la jeune championne confirme à Roland Garros - déjà - où, au deuxième tour, elle pousse Lindsay Davenport dans ses derniers retranchements.

Si 1999 fut l'année dorée des débuts prometteurs, 2000 s'apparenta à une traversée du désert. Victime d'une blessure au bras en début de printemps, Justine déclarait forfait pour le rendez-vous parisien et s'inclinait au premier tour de Wimbledon face à Arantxa Sanchez. Fin août, débarrassée de ses soucis, elle atteignait les huitièmes de finale, battue - encore une fois - par Davenport mais non sans avoir éliminé Anna Kournikova, dont le tennis était encore correct à l'époque. Après cette belle performance, Justine connaît à nouveau la blessure sous la forme d'une inflammation des orteils. Sa fin de saison est minée, ce qui ne l'empêche pas d'intégrer le Top 50.

Guérie, reposée et bien préparée, elle attaque 2001 le pied au plancher en remportant les tournois des Gold Coast et de Camberra et ne s'incline la première fois que lors de son huitième de finale de l'Australian Open face à Monica Seles, soit treize matches sans défaite.

La suite, on la connaît, Justine croise Kim pour une demi-finale historique sur le central de Roland Garros. Justine domine dans un premier temps mais craque in fine, trahie par ses nerfs. Commence alors son histoire d'amour avec le gazon, celui de Rosmalen dans un premier temps où elle prend sa revanche sur Kim. Les deux jeunes filles ne se font pas la bise, les plumitifs y voient le début d'une grosse rivalité.

Wimbledon, le temple du tennis, la Rochefortoise y atteint la finale. Un malheur ne venant jamais seul, Justine s'incline face à Venus pendant que son grand-père «papy Georges» décède en Belgique. En fin de saison, Justine atteint encore les finales de Hawaï et de Filderstadt, mais, surtout, elle est membre à part entière du top 10 mondial avec un ranking de n°7 pour débuter l'année.2002 est l'année de tous les dangers pour la jeune fille qui a énormément de points à défendre. Malgré une élimination au premier tour de Roland Garros suite à une angine, elle réussit à atteindre les demi-finales de Wimbledon et à remporter les tournois de Berlin et de Linz. A la fin de l'année, forte de sa cinquième place mondiale, Justine pouvait convoler en justes noces avec Pierre-Yves Hardenne, rencontré lors de la remise des prix d'un tournoi de tennis régional dont le jeune homme était le vainqueur...

Si 2002 avait été l'année de la confirmation, 2003 sera celle de toutes les réussites. A ce jour, Justine (désormais madame Henin-Hardenne) s'est déjà imposée à Dubai, Charleston et Berlin... Et le meilleur est encore à venir!

Service Kim: Si les débuts de Justine furent tonitruants, ceux de Kim furent de la même veine. En 1999, après avoir fait ses dents sur le circuit ITF, Kim se qualifie pour le tableau final de Wimbledon. Pas rassasiée, celle qui vient de fêter ses 16 ans n'est arrêtée qu'au quatrième tour... Face à Steffi Graf et ses 22 titres en grand chelem. Le 6/2, 6/2 du 28 juin est sans appel mais les perspectives de Kim sont immenses. En septembre de la même année, c'est l'explosion sous la forme d'une passation de pouvoir. A Luxembourg, Kim remporte son premier tournoi WTA en battant au passage Sabine Appelmans et Dominique Monami. Le train de la relève est en marche et on ne l'arrêtera pas de sitôt. En 2000, celle qui est déjà la petite amie de Lleyton Hewitt s'impose à Hobart en début d'année et à Leipzig au mois de novembre et termine la saison à la 18e place.2001 nous ramène à l'année du tennis pour la Belgique - en attendant les autres. Après un début de saison assez moyen, Kim atteint la finale de Roland Garros mais s'incline au terme d'un match dantesque face à Jennifer Capriati, 12-10 pour l'Américaine au troisième set alors que Kim est passée par quatre fois à deux points du match. Sa fin de saison est tonitruante, elle enlève les tournois de Stanford, Leipzig et encore une fois Luxembourg.

Désormais 5e mondiale, comme Justine, elle gère son classement durant l'année 2002 en remportant trois tournois (Hambourg, Fiderstadt, Luxembourg) et le Masters, histoire de poser son empreinte pour 2003. Sydney, Indian Wells et Rome figurent déjà à son palmarès. Et demain? Roland Garros?

Pour cela, rendez-vous pour un troisième set palpitant, celui qui commencera ce samedi à 15 heures sur le court Philippe Chatrier.

Kim ou Justine; Justine ou Kim... Faites vos jeux!

© La Libre Belgique 2003