Justine Henin-Hardenne (WTA 43) s'est hissée, vendredi après-midi, en demi-finales du tournoi sur terre battue de Charleston, qu'elle avait remporté en 2003, après avoir profité de l'abandon de Lindsay Davenport (WTA 1) en début de troisième set.

Blessée à la cuisse droite, l'Américaine jeta l'éponge alors que le score était de 3-6, 6-3 et 1-0 en faveur de la Namuroise, qui venait de réaliser le break. Ce samedi, pour une place en finale, la championne olympique affrontera la jeune Tatiana Golovin (WTA 25), tombeuse de Venus Williams (WTA 8) jeudi et victorieuse de Nadia Petrova (WTA 12) 7-5, 6-3 plus tôt dans la journée.

Justine Henin passait un test grandeur nature, en quart de finale, contre l'actuelle reine du circuit féminin, lauréate la semaine dernière à Amelia Island du premier tournoi sur terre battue de la saison. S'étant quelque peu rassurée, la veille, en livrant un match très propre contre la Tchèque Iveta Benesova (WTA 51), elle savait qu'il lui faudrait fameusement hausser le niveau de son jeu et passer un gros pourcentage de premières balles au service pour rivaliser avec l'Américaine, l'une des joueuses les plus prolifiques depuis le début de l'année.

N'ayant rien à perdre dans l'aventure, la championne olympique entra, en tout cas, parfaitement dans la partie pour réaliser le break dès le premier jeu et s'échapper à 3-1 en profitant de la lente mise en route de son adversaire. Tracassée par une gêne à la cuisse droite, la grande Californienne quitta, d'ailleurs, le court au jeu suivant pendant plusieurs minutes afin de se faire poser un bandage, mais lorsqu'elle fit sa réapparition, ce ne fut pas vraiment pour faire de la figuration. Concentrée et déterminée, elle rentra à pleines dents dans la balle pour prendre la Namuroise à la gorge et l'agresser de tous les côtés. Emportée comme dans un tourbillon, la petite Belge ne put rien opposer, s'emmêlant les pinceaux au service, pour perdre la première manche 6-3.

Blessure à la hanche

Le match, bien entendu, n'était pas fini, mais Justine Henin se devait évidemment de réagir. Blessée dans son amour-propre, c'est ce qu'elle fit avec beaucoup d'à-propos. Sauvant une balle de break dès le premier jeu, elle se montra enfin plus conquérante, n'hésitant pas à rendre coup pour coup à Lindsay Davenport. Variant bien les angles de frappe et contre-attaquant à la moindre occasion, ramenant également bien plus de balles qu'en fin de premier set, elle poussa l'Américaine, qui déteste être embarquée dans de longs échanges, à la faute. Les jeux, cette fois, défilèrent en sa faveur. De 1-0, le marquoir passa à 3-0, puis même 5-1, avant qu'un petit passage à vide ne permette à son adversaire d'effacer le premier de ses deux services de retard. Bien dans sa tête et solide sur les jambes, l'ancienne première joueuse mondiale ne laissa pas passer sa deuxième chance et, d'un ace, égalisa à une manche partout.

Le troisième set s'annonçait dès lors palpitant, mais c'était sans compter sur la hanche de Lindsay Davenport. Perdant son service d'entrée de jeu et réalisant qu'elle ne serait plus en mesure de rivaliser avec Justine Henin, elle préféra abandonner pour ne pas hypothéquer la suite de sa saison. Le match se terminait en eau de boudin, mais la Namuroise n'y pouvait rien. Elle qui ne savait pas très bien où elle se situait après un an de galère pourra même en retirer beaucoup de satisfaction.

Après avoir poussé Maria Sharapova (WTA 2) dans ses derniers retranchements, il y a deux semaines, à Miami, voilà maintenant qu'elle vient de faire plus que jeu égal avec Lindsay Davenport. Et vu les joueuses encore présentes dans le tableau à Charleston, tous les espoirs sont permis...

© Les Sports 2005