Ce quart de finale aurait dû opposé Schwartzman à Thiem. Il aurait certainement été plus intéressant. Grigor Dimitrov et Aslan Karatsev ont d’abord brillé par leurs fautes directes. Lors du premier set, le Russe a commis 19 fautes directes avec un bilan de 45 % de premières balles sur son service. Il a concédé 2 balles de break sur 5. Dimitrov en a profité, mais il n’a pas été flamboyant pour autant. Il s’est juste contenté de 6 coups gagnants. Un premier set dramatique.

La plus grosse surprise du tournoi a alors retrouvé ses sensations alors que le Bulgare restait peu inspiré. Karatsev a élevé le niveau au service avec 64 % de première balle. Mais, le spectacle restait navrant. Les deux joueurs ont commis 30 fautes directes (15 et 15) contre seulement 16 coups gagnants (10 pour Karatsev et 6 pour Dimitrov.

A un set partout, l’issue de la rencontre était hautement indécise. D’un côté, Karatsev montait en puissance, mais était instable. De l’autre, Dimitrov n’avait pas vraiment les armes pour doubler le Russe. C’est Karatsev qui a alors pris le dessus. A la régulière, il dominait nettement les échanges. Dimitrov devait alors tenté des amorties qui ne lui rapportaient pas grand-chose. Le Russe s’est vite envolé pour prendre la 3e manche grâce à 12 coups gagnants et seulement 3 fautes directes. Il a totalement inversé les courbes. Il faut souligner que Dimitrov était de bonne composition. Il ne montrait aucun signe de rebellion.

A 2-6, 6-4, 6-1, Karatsev devait encore vaincre un dernier ennemi : la peur de gagner. Il ne doutait pas une seconde. A 1-1, il a serré le jeu un peu plus pour garder l’avance et surtout pour signer un break à 2-1. Il confirmait son avance pour s’achapper à 4-1. La seule courbe qui a changé, c’est celle des fautes directes de Dimitrov qui montaient en flèche.

C’est ainsi que l’histoire s’est écrite ce 16 février 2021 dans la Rod Laver Arena. Elle retiendra que le 114e joueur mondial s’est qualifié pour une demi-finale d’un Grand Chelem. Karatsev ne possède aucune expérience. Il dispute son premier tournoi du Grand Chelem. Il était le 5e joueur de l’histoire depuis 1980 à atteindre les quarts de finale dès sa première participation à un Grand Chelem. Il est le premier à être qualifié pour les demi-finales.

Même Elise Mertens n’avait pas réussi un pareil exploit. En 2018, elle avait atteint la demi-finale de l’Open d’Australie dès sa première participation, mais elle avait déjà joué 4 Majors.

Karatsev avait commencé son aventure en qualif de l’Open d’Australie. Il avait eu besoin de 3 sets pour passer le premier tour contre l’Américain Nakashima. Il avait ensuite battu l’Australien Purcell et le Français Muller. Dans le grand tableau, il a poursuivi sa démonstration en balayant l’Italien Mager puis le Biélorusse Gerasimov. Son histoire a alors pris une autre dimenson lorsqu’il a bouté hors du tournoi la tête de série n°8 Diego Schwartzman en trois petits sets 6-3, 6-3, 6-3. Sa détermination et sa puissance ont alors fait le tour du monde. En huitième de finale, il a eu besoin de toute sa fougue et de 5 sets pour battre le jeune Canadien Felix Auger Aliassime.

En quart de finale, il a profité de la baisse de régime de Grigor Dimitrov. La réponse est tombée en fin de match. Dimitrov n’a pas pu défendre ses chances. Il souffre de spasme dans le bas du dos et au niveau du bassin depuis lundi.

Le malheur de l’un a fait le bonheur de l’autre. Aslan Karatsev est en demi-finale. Il n’est que le 5e joueur qualifié à vivre une telle histoire. On se souvient évidemment de celle de Filip Dewulf en 1997 à Roland Garros.

«C’est juste incroyable», confiait Karatsev après son match. «Je ne savais pas que Grigor était blessé avant le match. Je suis resté calme. Le premier set a été très dur. Dans le 2e, j’ai réagi. C’est dans le 3e set que j’ai vu qu’il avait mal au dos. Il a fait très chaud. Pour la suite, je n’en sais rien. Je ne pense pas trop. Voyons le prochain match.»

Il sera opposé au gagnant du match entre Djokovic et Zverev.