Elle a réussi son Paris ! C’est désormais officiel : Kim Clijsters (WTA 2) participera bel et bien à Roland Garros. La Limbourgeoise est suffisamment remise des blessures à l’épaule et à la cheville qui l’ont empêchée de disputer le moindre match depuis une défaite en quart de finale à Miami le 31 mars dernier contre Victoria Azarenka. "Ces deux dernières semaines d’entraînement nous ont apporté les précisions nécessaires. Tout va bien en matière de tennis, je frappe très bien la balle. Je ressens encore une petite douleur, mais le bandage bien serré à la cheville m’offre assez de sécurité", a-t-elle expliqué. "Cela fait du bien de pouvoir recommencer à jouer. Nous partons mercredi, car je veux m’habituer aux lieux et me tester."

Déjà absente l’an dernier, à la suite d’une blessure au pied gauche encourue en Fed Cup contre l’Estonie, Kim Clijsters ne voulait pour rien au monde devoir manquer les Internationaux de France cette fois-ci. Frustrée par une vilaine chute sur la piste de danse lors du mariage de son cousin Tim, le mois dernier, elle a mis les bouchées doubles avec ses entraîneurs Wim Fissette et Sam Verslegers pour être rétablie à temps. "La cheville réagit effectivement bien aux efforts demandés, même si on se situe en deçà de la charge maximale de travail. Une irritation subsiste au niveau de la capsule et Kim ressent toujours des pointes de douleur lors des grands mouvements latéraux. Elle gardera donc son bandage encore un petit temps", a précisé son ostéopathe, Sam Verslegers.

La question, évidemment, est de savoir dans quel état Kim Clijsters se présentera sur la terre battue de la Porte d’Auteuil, où elle n’a plus joué depuis une demi-finale perdue contre Justine Henin en 2006. La lauréate de l’Australian Open risque de manquer de rythme, même si elle a eu en le Néerlandais Sjeng Schalken, ancien demi-finaliste à l’US Open, un sparring-partner de luxe ces derniers jours. Maintenant, on voit que Julia Goerges a gagné à Stuttgart, Petra Kvitova à Madrid et Maria Sharapova à Rome, tout est possible. "Je suis déjà heureuse de pouvoir participer", poursuivit Kim. "Mon absence l’an dernier était la plus grande déception de la saison 2010, à l’exception de l’élimination en quarts de finale à Wimbledon. L’avantage est que je suis animée de la même mentalité que lors des précédents Grands Chelems, à savoir que si je pratique un bon tennis, je peux gagner. Cette attitude est très importante, même si la situation diffère totalement d’un point de vue physique. Cela fait un bout de temps que je n’ai plus joué de match, qui plus est sur terre battue. Advienne que pourra "