© BELGA

Tennis

Kim Clijsters, le retour gagnant

Serge Fayat

Publié le - Mis à jour le

Tout espoir de voir une joueuse belge succéder à Justine Henin-Hardenne au palmarès des Internationaux de France, le samedi 5 juin prochain, est loin d'être perdu. Si la Rochefortoise elle-même reste dans l'expectative et ne disputera pas d'épreuves de préparation à la deuxième levée du Grand Chelem, Kim Clijsters a fait quant à elle un bond en avant digne d'un kangourou, ce week-end à Bree, dans le cadre de la rencontre du premier tour du Groupe Mondial de la Fed Cup, où elle a porté la Belgique vers une qualification pour les quarts de finale.

«Combien de joueuses du top sont capables d'enlever un bout de leur attelle et de prester ce qu'elle a réalisé après cinq semaines d'inactivité? s'interrogea, plein de louanges, le capitaine Ivo Van Aken. C'est tout simplement la grande classe!»

La Limbourgeoise a, effectivement, laissé une belle impression, dans son fief, pour son retour à la compétition. Si elle s'emmêla encore quelque peu les pinceaux, samedi, lors de son premier match contre Jelena Kostanic, elle avait retrouvé une partie de son aisance le lendemain pour infliger une petite leçon à Karolina Sprem, l'étoile montante du tennis croate.

L'autre bonne nouvelle se rapporte à l'état de son poignet meurtri. Elle constata bien une petite raideur, mais elle ne ressentit, en revanche, plus de douleur. Elle ne demande désormais pas mieux que de pouvoir se débarrasser le plus rapidement possible de son attelle afin de pouvoir frapper tout à fait librement ses revers.

«Il faut gagner 7 matches»

«J'ai commencé à m'y habituer, mais cela ne reste, malgré tout, pas l'idéal. Si je dois encore la porter quelques semaines, je le ferai, mais elle me gêne par exemple au moment de frapper mes revers sur des balles basses ou très hautes. Le bilan du week-end, il n'empêche, est largement positif.»

Kim Clijsters ne désire pas tirer de plans sur la comète. Si elle devrait s'aligner, la semaine prochaine, au tournoi de Berlin, elle veut éviter de s'emballer. Même si elle adore jouer par-dessus tout, la deuxième joueuse mondiale a appris à se montrer prudente à force d'avoir été contrainte de faire face à des blessures. Roland Garros, elle y pense, mais sans plus.

«Roland Garros n'est nullement à comparer avec la Fed Cup! expliqua-t-elle. Là, il faut remporter sept matches contre des spécialistes de la terre battue et des joueuses du Top 10. Je ne peux surtout pas commettre l'erreur, après avoir disputé tout juste deux matches, de vouloir en faire trop. Je compte ainsi relâcher la bride quelques jours et bien réfléchir à la manière de gérer mon calendrier...»

   LIENS PUBLICITAIRES
   
   

"Ascenceurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.
 

© Les Sports 2004

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous