"J'aurais pu être éliminée au premier tour des qualifs", déclare Kirsten Flipkens. "J'avais dû sauver deux balles de match (NDLR: contre la jeune Ukrainienne Zavatska). Je n'avais pas pratiqué du grand tennis, mais je m'étais accrochée et j'avais remporté une victoire mentale. Au deuxième tour, mon adversaire avait abandonné après un set, ce qui m'avait permis de récupérer physiquement. Et aujourd'hui, j'ai disputé un très bon match. Je pense que j'ai très bien manœuvré tactiquement. J'ai amené beaucoup de variations, j'ai été de l'avant et j'ai très bien servi aux moments importants".

Kirsten Flipkens semble donc avoir le vent en poupe depuis son arrivée dans la fameuse 'bulle' new-yorkaise. Voilà qui tombe bien, vu qu'au deuxième tour, la N.3 belge retrouvera la Britannique Johanna Konta (WTA 15), 29 ans, tête de série N.8 du tableau, qui l'a battue à quatre reprises lors de leurs cinq confrontations.

"Konta est une adversaire difficile pour moi" a-t-elle poursuivi. "C'est une joueuse qui n'est pas très perturbée par mon slice et mon tennis varié. La dernière fois que je l'avais rencontrée, à Miami (NDLR: en 2018, défaite 6-4, 6-3), j'avais constaté qu'outre son désir de jouer en rythme, elle parvenait assez facilement à s'adapter à mon slice. Je prends ce match comme un défi. Elle a déjà prouvé beaucoup de choses dans sa carrière (NDLR: elle a déjà atteint les demi-finales à l'Australian Open, Roland Garros et Wimbledon) et je suis contente de pouvoir me mesurer à une joueuse de ce calibre. Ce sera un beau défi".