Kristof Vliegen s'est dit "fier de sa gestion du stress" au lendemain de sa victoire décisive face l'australien Chris Guccione en huitième de finale de la Coupe Davis, lors d'une conférence de presse donnée lundi à Rixensart.

Le tennisman a réalisé un parcours en simple sans faute en battant d'abord Lleyton Hewitt vendredi puis en accordant le point décisif en venant à bout dimanche de Chris Guccione (en 3 sets : 6-4, 6-4 et 6-4) alors que les deux équipes avaient été ramenées à égalité.

"Ma victoire prouve que j'ai passé un cap mental. Je me suis plus épaté moi-même au niveau de ma gestion du stress que de mon tennis", a confié le tennisman.

Avant son match victorieux face Lleyton Hewitt, Kristof Vliegen s'est également dit qu'il pouvait battre le champion australien "J'ai lu dans la presse que Hewitt ne faisait plus peur. Je me suis alors dit que je pouvais le battre sur terre battue".

Au lendemain de sa victoire face à Guccione et de la qualification de la Belgique pour les quarts de finale de la coupe Davis, le tennisman a aussi abordé la déferlante médiatique autours de sa personne "J'ai acheté les journaux et j'ai vu que je me retrouvais en première page. C'est bizarre car je n'ai pas l'habitude".

Il attribue également la victoire belge à "l'esprit d'équipe" et a évoqué le rôle particulier du pongiste Jean-Michel Saive, présent au côté des tennismen à Liège. "Quelqu'un comme Jean-Mi m'a aussi mis en confiance. Il est venu voir jusque dans les vestiaires en nous affirmant qu'il n'y avait pas de défaite mais que des grandes victoires et en nous disant de profiter du moment que nous étions en train de vivre", a encore indiqué Kristof Vliegen.

Le tennisman originaire de Maaseik et parfait bilingue a aussi partagé son plaisir de jouer en équipe de Coupe Davis "J'adore défendre les couleurs de mon pays", a-t-il déclaré.