Roger Federer a alarmé une partie de la planète tennis en début du mois en déclarant à la presse de son pays ainsi qu’à GQ que “l’heure de la retraite se rapprochait de plus en plus”. Avoir subi deux opérations à un genou entre février et juin l’avait logiquement fait cogiter sur sa capacité et son désir de reprendre la raquette. Mais l’envie de jouer toujours bien présente ainsi que la perspective des JO de Tokyo l’ont convaincu de continuer encore un peu. Pour son coach Severin Lüthi, on pourrait même voir encore Federer sur les courts après 2021.

"Mon sentiment est que ça ne se passera pas comme ça du tout”, a-t-il confié dans Smash Magazine. “Il adore toujours autant la vie sur le circuit, et je ne l’ai jamais entendu dire qu’il avait besoin d’arrêter car il voulait changer de vie ou qu’il en avait assez de voyager. On ne peut rien écarter à 100%, mais quand je vois combien il aime encore jouer je ne le vois pas prendre sa retraite à la fin de la saison prochaine.” Et ce sans doute d’autant moins que le coach suisse, qui partage cette fonction avec le Croate Ivan Ljubicic, a été rassuré par la façon dont Federer a géré cette année 2020 gâchée par deux opérations du genou en plus du Covid-19.

“Franchement, s’il devait y avoir, a posteriori, un moment idéal pour être blessé, c’était en 2020. Encore plus après les changements faits sur le classement. Roger n’est de toute manière pas du genre à ruminer à la maison sur le fait que d’autres jouent et pas lui. Il a cette capacité à être très ambitieux sans devenir frustré et obsédé par les obstacles sur la route.” Federer, qui aura 39 ans le 8 août prochain, se retrouve face à un énorme défi pour revenir chasser des titres du Grand Chelem après une blessure et une longue période d’inactivité. Le quasi miracle de 2016 lui donne évidemment de l’espoir et de la sérénité, comme l’a confirmé Lüthi.

“Il y a des parallèles. A chaque fois, il a été opéré et à chaque fois il y a eu une rechute lors de la rééducation qui l’a contraint à tout recommencer et à prendre plus de temps. Mais depuis le début, il a montré beaucoup d’optimisme et d’enthousiasme. Je pense qu’il peut vraiment profiter de tout le chemin qu’il avait déjà fait en 2016.” Les bémols à tous ces espoirs sont évidents : en comptant 2016, Federer en est désormais à trois opérations du genou, et il approche aujourd’hui des quarante ans. Cela commence à faire beaucoup pour un champion qui ne continuera pas de jouer pour faire seulement partie du circuit : Federer joue pour gagner, pour les records, pour empêcher aussi longtemps que possible Rafael Nadal et Novak Djokovic de lui passer devant. Alors si 2021 ne sera peut-être pas la saison où il quittera la scène, elle pourrait quand même bien décider combien de temps encore le Maestro va vouloir s’acharner.