L'Espagne tombe de haut

Miguel Tasso Publié le - Mis à jour le

Tennis Tenante du titre, l'Espagne a été éliminée, sans gloire, par la Slovaquie au premier tour de la Coupe Davis 2005. Privés des services de Moya (forfait), de Ferrero (forfait) et de Robredo (jugé en méforme), les Espagnols n'ont jamais trouvé leurs marques sur la surface ultra-rapide de Bratislava. «C'est décevant, bien sûr. Mais c'est la Cou- pe Davis! Nos adversaires ont été supérieurs. Il n'y a pas grand-chose d'autre à dire», confiait, résigné, Jordi Arrese, un des capitaines de l'équipe espagnole.

Dominik Hrbaty et Karol Beck n'ont eu aucun scrupule, en tout cas, à renvoyer Feliciano Lopez, Fernando Velasco et Rafael Nadal à leurs chères études. Décidément, lorsqu'elle n'évolue pas à domicile et sur terre battue, l'équipe espagnole est bien fragile. On se souvient qu'en 2001, également tenante du titre, elle avait échoué dans des circonstances analogues, au premier tour, face aux Pays-Bas. Hormis un succès acquis au forceps en Tchéquie l'an passé, l'Espagne n'a plus gagné un match loin de ses bases depuis une victoire en Nouvelle-Zélande en 1999. Si elle veut rester dans le Groupe mondial en 2006, elle a tout intérêt à disputer son match de barrage de septembre sur ses terres!

D'autres grosses têtes ont également failli rouler lors de ce premier tour. Marat Safin a dû, ainsi, sortir le grand jeu pour donner les trois points de la qualification à la Russie face au Chili. Opposé hier au redoutable Fernando Gonzalez, le vainqueur de l'Open d'Australie s'est imposé au terme d'un véritable thriller de cinq sets et de trois heures et trente minutes!

Les Néerlandais ont également sué sang et eau pour enlever leur qualification pour les quarts de finale. Malgré l'absence de Federer, les Suisses leur ont tenu tête et Sjeng Schalken a dû puiser dans ses dernières ressources (quatre heures de match et 9-7 dans le cinquième set) pour prendre le meilleur, hier, sur Stanislav Wawrinka et apporter le troisième point à ses couleurs.

Quant aux Français, qui recevaient la Suède sur la terre battue de Strasbourg, ils n'ont dû leur salut qu'à un fantastique Paul-Henri Mathieu. Déjà vainqueur vendredi de son premier simple face à Joachim Johansson, l'enfant du pays a remporté, hier, le point décisif en s'imposant face à Thomas Johansson à sa quatrième balle de match, au terme de quatre sets passionnants. La victoire du double tricolore Llodra-Clément a, par ailleurs, pesé très lourd dans la balance.

Le cinquième match fut également crucial dans la belle victoire de la Roumanie face à la Biélorussie sur la terre battue de Brasov. Et c'est Victor Hanescu qui, dans une ambiance de folie, a offert à son pays la qualification face à Vladimir Voltchkov.

A l'autopsie, l'Australie et l'Argentine (qui se retrouveront en quart de finale) ont été les seules grandes nations à ne pas être inquiétées. Sur leur gazon de Sydney, Lleyton He- witt et ses camarades se sont promenés face à une équipe autrichienne visiblement mal à l'aise sur cette surface. Quant aux Argentins, avec Coria et Nalbandian à la baguette, ils n'ont laissé aucune chance aux Tchèques sur leur terre battue de Buenos Aires.

© Les Sports 2005

Miguel Tasso