Créé voici sept ans pour, principalement, servir de tremplin aux jeunes joueurs belges, l’Ethias Trophy a, cette année encore, parfaitement rempli sa mission. La présence dans le dernier carré d’as de David Goffin, grand espoir du tennis national, en est la plus belle preuve. "Le tournoi montois lui a permis de définitivement se faire un nom auprès du grand public. Le petit cercle du tennis belge savait, de longue date, que David avait un grand potentiel. Désormais, grâce à la médiatisation de l’Ethias Trophy, la nouvelle est arrivée à tout le monde", analyse André Stein, président de l’Association francophone de Tennis.

Certes, les organisateurs auraient aimé que le jeune champion liégeois se hissât en finale. Mais il est tombé en demie, samedi, avec les honneurs, face au Français Julien Benneteau, futur finaliste. "Physiquement, j’étais un peu court. J’ai tout donné mais il était plus solide", admettait le protégé de Réginald Willems.

Pointé à la 251e place au classement ATP la semaine passée, Goffin va faire un joli bond dans la hiérarchie mondiale ce lundi. Et cet Ethias Trophy va surtout lui insuffler une belle confiance pour la suite de sa saison. "David a battu cette semaine deux joueurs du Top 100 (NdlR : Olivier Rochus et Alejandro Falla). Il a affiché au grand jour ses ambitions. Il possède encore un gros potentiel de progression mais il est sur la bonne voie", résume son coach.

Âgé de 20 ans, l’élève du Centre AFT de Mons symbolise la relève de la garde. Le mois dernier, après le match Belgique-Autriche de Coupe Davis, Johan Van Herck évoquait déjà sa probable future entrée au sein de l’équipe belge. Nul doute que le capitaine n’aura pas changé d’avis après cette semaine montoise !

David Goffin n’est, au demeurant, pas le seul jeune espoir belge à s’être illustré sur le court du Lotto Mons Expo. Également bénéficiaires d’une wild card, Yannick Mertens et Maxime Authom ont également passé un tour dans le tableau final et affiché de belles intentions.

"Certains regrettent que l’Ethias Trophy ne postule pas pour entrer au sein l’ATP Tour. Je crois qu’ils ont tort. La catégorie Challenger convient parfaitement à la situation actuelle du tennis national. Elle permet au public d’applaudir à la fois les anciens (Rochus, Malisse, Darcis, etc.) et les nouveaux là où, avec un prize money bien plus élevé, ce ne serait pas possible. Or, ce que demandent d’abord les spectateurs belges, c’est de voir évoluer les joueurs belges, même en double", ajoute André Stein.

Tout indique, dès lors, qu’Ethias prolongera son contrat avec le tournoi. Le bail est arrivé cette année à terme. Mais, a priori, sauf tsunami économique toujours possible, il sera renouvelé avec les partenaires habituels (Belgacom, Loterie Nationale, Région Wallonne, Ville de Mons, etc.). C’est évidemment une bonne chose pour le tennis belge tout entier qui se trouve à une période clé de son histoire et qui a besoin de toutes ses forces vives.