Ce n'est pas tous les jours que l'on retrouve, lors d'un match de Fed Cup, quatre des neufs meilleures joueuses du monde. C'est dire si ce quart de finale qui opposera ce week-end la Belgique à la Russie dégage un parfum de véritable finale avant la lettre! L'équipe de Carl Maes aura l'avantage de le jouer à domicile, devant le fidèle et bruyant public liégeois, sur une surface - la terre battue - qu'elle a choisie en âme et conscience et avec, dans ses rangs, Kim Clijsters (WTA 2) et Justine Henin (WTA 5), enfin de retour sous la bannière nationale. Ces différents atouts ne seront pas un luxe car cette équipe russe, tenante du titre, a de l'ambition plein les cordes de sa raquette. Certes, Maria Sharapova et Svetlana Kuznetsova ne sont pas du voyage dans la Principauté mais Nadia Petrova (WTA 5) et Elena Dementieva (WTA 9) n'ont pas grand-chose à leur envier, surtout sur brique pilée.

Bref, nous voilà devant une équation à multiples inconnues où tout semble possible dans les cinq matches et où il n'est pas du tout exclu que le dernier double, programmé dimanche soir, s'avère décisif. «Je n'ai plus joué le moindre match de double depuis l'Open d'Australie de 2003. C'est à peine si je me souviens encore des règles de la spécialité! Mais je suis prête à toutes les éventualités et à assumer mes responsabilités», explique Justine Henin. Qu'il serait cocasse et intéressant de retrouver la Rochefortoise au côté de Kim Clijsters pour cette rencontre.

Nous n'en sommes pas là! Les quatre simples se chargeront peut-être de faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre. C'est Kim qui ouvrira le bal cette après-midi face à Dementieva et il reviendra ensuite à Justine d'enchaîner face à Petrova. Les deux joueuses se sont déjà affrontées à huit reprises et la Belge mène 7-1. Sa seule défaite remonte à l'US Open 2004.

L'apport du public

Ceci dit, en montant sur le court, la championne olympique se gardera d'accorder le moindre intérêt à cette statistique. D'abord parce qu'un match de Fed Cup est, par essence, très particulier. Ensuite parce que la Russe traverse actuellement une période très faste avec déjà trois titres à son compteur cette année (Doha, Amelia Island et Charleston). «Dans ce contexte, le soutien du public sera essentiel. J'espère qu'il fera beaucoup de bruit en respectant bien sûr l'adversaire et le règlement», ajoute Justine Henin.

De son propre aveu, celle-ci ne sait pas exactement où elle en est au niveau de sa forme. Après un début de saison étincelant (victoires à Sydney et Dubaï; finale à Melbourne), elle a marqué le pas, notamment lors de la tournée aux Etats-Unis. «Dans l'ensemble, je suis très satisfaite de mon début d'année. De coutume, la terre battue européenne me réussit bien. J'ai la chance de m'adapter assez vite à ce genre de surface. Mais je m'attends à des matches très difficiles...»

© Les Sports 2006