Envoyé spécial à Melbourne

Justine Henin (WTA 1) n'est pas invincible ! La Famennoise a quitté Melbourne ce mercredi après-midi après avoir subi la veille au soir une cuisante défaite contre Maria Sharapova (WTA 5) en quarts de finale de l'Australian Open.

Invaincue depuis sa demi-finale perdue à Wimbledon contre Marion Bartoli et restant sur une époustouflante série de 32 victoires consécutives, elle s'est écroulée dans la Rod Laver sous les frappes étincelantes de la Russe qui s'est imposée 6-4 et 6-0 en 1 h 38 de jeu.

"Elle a été meilleure dans tous les compartiments de jeu", confia-t-elle à peine sortie de la douche le visage marqué par la déception. "Elle m'a mis la pression d'entrée en servant très bien et en se montrant très agressive. Je me suis battue pour revenir et j'aurais pu recoller à 5-5 dans le premier set, mais je n'étais pas dans un assez bon jour pour être compétitive. Elle était partout, et j'avais l'impression que tout lui réussissait. Elle était en tout cas bien plus forte que moi. C'est dur à accepter, mais il le faut. C'est comme ça..."

C'est la première fois depuis sa défaite au deuxième tour à Miami en mars 2006 contre Meghann Shaughnessy que Justine Henin ne se hisse pas en demi-finale d'un tournoi du circuit. C'est la première fois également depuis son élimination contre Mary Pierce en huitièmes de finale à l'US Open en 2005 qu'elle n'atteint pas le dernier carré d'une levée du Grand Chelem. Et c'est la première fois depuis une défaite contre Jennifer Capriati en quarts de finale du tournoi de Montréal, au mois d'août 2002, qu'elle encaisse un 6-0 dans un match. C'est dire combien cela lui faisait mal...

"Je ne me souviens pas quand j'ai pris 6-0 pour la dernière fois, mais cela n'a pas d'importance. J'étais venue ici pour gagner un nouveau Grand Chelem, mais il m'a manqué beaucoup de choses ce soir", poursuivit-elle, glissant au passage qu'elle avait été tracassée ces derniers jours par une blessure au genou. "J'étais un peu anxieuse, car je ne me sentais pas à 100 pc. C'est un problème cartilagineux qu'on a décelé il y a deux ans. Mon genou devient vieux, sourit-elle, et il lui arrive de s'enflammer. Je n'avais pas assez confiance en mes appuis, mais ce n'est pas une excuse. L'histoire, c'est qu'elle a gagné le match et que moi je rentre à la maison. C'était probablement son jour et peut-être son tournoi."

Mise à genoux, Justine Henin ne savait pas, à chaud, si cette sévère défaite contre Maria Sharapova pourrait la hanter dans les semaines à venir. Ce qui est certain en tout cas, c'est qu'elle va la faire réfléchir. Etincelante ces six derniers mois, la Famennoise était attendue au tournant à l'occasion du premier grand rendez-vous de la nouvelle année tennistique et si elle augmentera encore, par le jeu des points à défendre, son avance au classement WTA à la fin du tournoi, elle a peut-être perdu, mardi soir, une partie de l'ascendant pris sur ses principales rivales.

"Là, c'est lourd, soupira-t-elle. Je rentre battue en ayant le sentiment de ne pas avoir pu m'exprimer comme je le souhaitais, et c'est frustrant. J'étais à la dérive; je ne trouvais pas de solution. Mais bon, cela devait arriver un jour ou l'autre. On apprend des victoires et on apprend encore plus des défaites. Je vais d'abord prendre soin de mon genou et ensuite j'analyserai les choses à tête reposée afin de comprendre. Il y a eu beaucoup de choses très lourdes à porter depuis quelque temps. Cela a été dur de recommencer la saison. C'est décevant, mais il faut aller de l'avant."