Supporters - Tous les joueurs de tennis britanniques sont supporters d'un club de football. Barry Cowan est par exemple un fan de Liverpool. Pendant son deuxième tour sensationnel contre l'Américain Pete Sampras, il se mettait des écouteurs pour entendre l'hymne du club, "You'll Never Walk Alone", et il a révélé que Gérard Houiller l'avait invité à venir s'entraîner avec son équipe favorite. Greg Rusedski est pour sa part un fan d'Arsenal. Il a adressé cette supplique à Patrick Vieira: "S'il te plaît, reste, Patrick, on a besoin de toi".

Gazon - L'Espagnol Carlos Moya n'en a pas cru ses oreilles quand, après son élimination au deuxième tour, un journaliste lui a dit qu'il était question que Wimbledon abandonne le gazon pour une surface synthétique ou pour de la terre battue. "De la terre battue à Wimbledon! Vous voulez rire", s'est-il exclamé. Plus sérieusement, le projet d'ajouter une semaine aux quinze jours d'intervalle qui séparent Roland-Garros de Wimbledon est à l'étude. Reste à savoir qui bougera et ça, c'est une autre affaire.

Capable - Après avoir éliminé l'Allemande Barbara Rittner 6-4, 6-0, l'Américaine Serena Williams a estimé qu'elle n'avait pas très bien joué dans le deuxième set. "6-0! et vous n'avez pas très bien joué", s'est étonné un journaliste. "Vous pouvez imaginer ce dont je suis capable quand je suis à fond", a répondu en riant Serena, qui dit ne regarder que les photos des journaux sans jamais lire les articles.

McEnroe - Après l'Australien Pat Cash, l'Américain John McEnroe a proposé ses services à l'Anglais Tim Henman comme entraîneur. "C'est gentil de sa part. Mais il est très occupé et je ne suis pas sûr qu'il lui soit possible de voyager 25 ou 30 semaines par an pour m'accompagner. Je suis très bien comme ça et on verra après la fin du tournoi", a commenté Henman, qui n'a plus d'entraîneur pour le moment.

Royal - En entrant sur le central et en le quittant, joueurs et joueuses s'inclinent en direction de la loge royale, appelée en anglais la "Royal Box", où prennent régulièrement place des invités de marque. A la fin de son match contre l'Américaine Venus Williams, la Japonaise Shinobu Asagoe, qui avait un peu perdu la tête, s'est inclinée dans la direction opposée. Pas très familier du lieu non plus, l'Anglais Martin Lee a demandé à Tim Henman, après son match contre celui-ci, s'il devait s'incliner aussi en sortant. "Devant la loge ou devant vous?", a interrogé un journaliste. Lee avait perdu 6-2, 6-3, 6-4.