L'Association des joueurs professionnels, qui réclame une augmentation de 30% des prix versés aux joueurs, a menacé de boycotter les tournois du Grand Chelem à compter des Internationaux d'Australie en janvier, si elle n'obtient pas satisfaction. En cas de refus, les joueurs professionnels menacent d'organiser des tournois parallèles lors de la saison prochaine et de boycotter les «Grands Chelems».

Une centaine de joueurs se sont réunis samedi à Wimbledon afin de discuter de cette proposition d'organiser des tournois concurrents. «Si les joueurs sont convaincus que les tournois du Grand Chelem ne veulent pas négocier, alors nous devrons prendre des initiatives. Mais nous devons continuer à discuter», a expliqué Mark Miles, directeur exécutif de l'ATP.

«La première réaction de Wimbledon a été très défensive. Ils nous ont simplement expliqué ce qu'ils faisaient de leur argent», a renchéri Todd Martin, le président du conseil des joueurs à l'ATP. «Mais nous continuons à dialoguer afin de parvenir à un consensus.»

L'an passé, le tournoi londonien a réalisé un bénéfice de 25,6 millions de livres qui ont été reversés à la fédération anglaise (LTA) afin d'être investis dans le tennis anglais. «Nous estimons verser aux joueurs des prix justes et raisonnables», a réagi Chris Gorringe, directeur exécutif de Wimbledon. «Les quatre tournois majeurs n'ont pas pour vocation de faire des bénéfices», a indiqué Tim Phillips, président du All England Club, organisateur du tournoi. Les bénéfices qu'ils dégagent sont, en effet, investis dans le développement du tennis, au plan national ou international.

«Jusqu'à maintenant, les quatre tournois du Grand Chelem ont investi 22 millions de dollars (19 millions d'€) en faveur du tennis dans les pays en voie de développement et dans d'autres compétitions», a déclaré Tim Philipps.

© Les Sports 2003