La cinquième nuit à l'US Open a été marquée par des événements sur les courts mais aussi à l'extérieur de ceux-ci. Le protocole sanitaire du Grand Chelem américain a encore fait parler de lui. 

Djokovic toujours tranquille

Les tours passent et la route de Novak Djokovic est toujours aussi tranquille. Cette fois c’est l’Allemand Jan Lennard Struff qui a rompu (6-3, 6-3, 6-1) assez logiquement sous les coups du numéro 1 mondial. “L’ambiance est forcément spéciale, mais je me sens bien physiquement. Je me sens vraiment bien”, a déclaré Novak Djokovic après le match. Le seul membre du Big Three présent à New York aura sur papier un match plus compliqué en huitième de finale avec en face de lui l’Espagnol Pablo Carreno Busta qui adore jouer sur le dur en extérieur et qui avait d’ailleurs atteint les demi-finales de l’US Open en 2017.


Tsitsipas quitte le tournoi

Présenté comme l’un des outsiders capables de bousculer Novak Djokovic dans la course au titre dans cet US Open 2020, Stéfanos Tsitsipas a quitté le tournoi cette nuit. Le Grec qui menait pourtant deux sets à un face à Borna Coric a vu le Serbe renverser le cours du match pour finalement s’imposer en cinq manches (6-7 (2), 6-4, 4-6, 7-5, 7-6 (4)) après un combat épique qui a duré 4h37 et qui s’est terminé à 1h10 du matin à New York. Dans cette partie, Borna Coric, encore mené 5-1 dans le quatrième set, a sauvé sa tête en écartant six balles de match.


Shapovalov sera l’adversaire de Goffin

Pendant tout un temps, on a pensé que l’adversaire de David Goffin en huitième de finale serait l’Américain Taylor Fritz (ATP 25) qui menait deux sets à un et 5-2 en sa faveur dans le quatrième set face à Denis Shapovalov. Mais le Canadien a trouvé les ressources pour renverser la physionomie de la rencontre et s’imposer en cinq manches au bout d’une partie qui a duré 3h26. Le 17e joueur mondial sera donc sur la route de David Goffin au tour suivant, un David Goffin contre qui il a perdu lors de leur seule confrontation à Tokyo l’année dernière (7-6, 7-6). “Je suis évidemment fatigué après avoir joué un match en cinq sets, ce serait un comble, mais je suis avant tout très excité d’être en huitième de finale”, a expliqué Denis Shapovalov après sa rencontre. “David sera un autre joueur coriace. Il va me faire jouer beaucoup de balles, il est très talentueux et solide, du fond du terrain. C’était très serré la dernière fois à Tokyo et je m’attends à une autre grande bataille.”


L’affaire Mannarino

Cette édition 2020 de l’US Open restera pour toujours dans les mémoires. Et le Français Adrian Mannarino s’en souviendra longtemps. Déjà sous surveillance rapprochée et à l’isolement pour avoir fait partie des joueurs ayant côtoyé Benoît Paire, il a dû attendre près de trois heures que la Fédération américaine (USTA) obtienne le feu vert pour que son match face à Alexander Zverev puisse se jouer. Car, contrairement aux autorités sanitaires de la ville de New York, qui l’autorisaient à disputer ses matchs depuis qu’il avait accepté un nouveau protocole plus contraignant dimanche dernier, ce sont les autorités de l’État de New York qui ont voulu le maintenir en quarantaine. Finalement, dans ce contexte très éprouvant psychologiquement, Mannarino a pu défendre ses chances. Il a même été bluffant dans son entame contre le 7e mondial, peut-être lui aussi perturbé par la situation, en s’emparant de la première manche au tie-break. Par la suite toutefois, l’Allemand a pris le contrôle du match pour ne plus le lâcher, tandis que Mannarino, décidément peu gâté par le sort se faisait mal à l’aine gauche au 3e set. Une douleur qu’il a traînée jusqu’au bout, battu en 2h52, soit, peu ou prou, le temps qu’il avait fallu à l’USTA pour lui permettre de jouer. “Je me préparais à aller sur le court vers 14 h 30 car je savais qu’on ne commencerait pas avant cette heure-là, a expliqué le Français après la rencontre. J’étais à l’échauffement avec mon coach quand le tour manager est venu me parler. Il m’a expliqué la situation, le fait que le département de la santé de l’État de New York avait pris en main la gestion des choses et a mis en place un nouveau protocole. Pour le département d’État, la décision était de dire que j’avais été exposé à quelqu’un de positif (Benoît Paire) et que je devais être en quarantaine dans ma chambre donc pas autorisé à aller sur le terrain.” Après trois heures de négociations, le Français pouvait enfin monter sur le court.

© AFP

Osaka dans la souffrance

Pointée comme l’une des favorites du tournoi, Naomi Osaka s’est qualifiée pour les huitièmes de finale mais cette mission a été remplie dans la douleur. Face à la jeune Ukrainienne Marta Kostyuk (137e mondiale), il aura fallu trois sets et 2h33 de jeu à la Japonaise pour s’imposer. Lauréate du Grand chelem américain il y a deux ans, Naomi Osaka a perdu le fil de son jeu dans la deuxième manche face à une adversaire qui prenait tous les risques mais qui commettait trop de fautes directes dans l’ultime manche pour s’imposer.