La Rochefortoise adore la télé-réalité
© BELGA

Tennis

La Rochefortoise adore la télé-réalité

Mig.T.

Publié le - Mis à jour le

Rien à signaler! Tout va bien pour Justine Henin qui a préparé, hier, en toute sérénité, son quart de finale d'aujourd'hui face à Chanda Rubin.

Petit-déjeuner à 9 heures, fitness en fin de matinée, traitement préventif habituel de son épaule par les kinés de la WTA, déjeuner au resto des joueurs, entraînement avec son sparring-partner italien, décrassage, retour à l'hôtel, séance télé et souper: l'agenda a été respecté à la lettre.

«La veille au soir, nous avions fêté son anniversaire au restaurant Le Totem, près de la Tour Eiffel. Il ne manquait rien: ni le gâteau aux fraises, ni les bougies», explique Pierre-Yves Hardenne, son mari.

Pour l'occasion, Justine a notamment reçu le DVD de la Star Academy. «Elle adore la télé-réalité et, dès qu'elle en a l'occasion, elle regarde Nice People sur TF 1...»

Récemment élevé au rang d'attaché de presse et de manager de sa célèbre épouse, Pierre-Yves Hardenne, 22 ans, profite de ce Roland-Garros pour soigner ses contacts. «J'ai notamment rencontré différents responsables de groupes de management comme IMG ou Octagon. Je suis parfaitement conscient d'avoir besoin d'aide pour obtenir les meilleurs contrats. Je fais mes débuts dans le métier et je suis, bien sûr, à l'écoute et ouvert à toute proposition de collaboration...»

La Belgique après le tournoi

Il avoue avoir éprouvé quelques peines à trouver ses marques. Mais il s'est vite piqué au jeu. Très relation publique, toujours souriant, il apprend tous les jours. «J'ai carte blanche. Mais je ne prends aucune décision, concernant un contrat ou un rendez-vous, sans en référer à Justine. C'est elle qui a le dernier mot...»

Excellent joueur de tennis (il est classé B-2/6), passionné d'aviation, il respire la vie à pleins poumons. Et il rêve, bien sûr, d'assister à une finale belge, samedi, sur le central. «Je trouve Justine très concentrée et, surtout, de plus en plus relâchée. C'est bon signe...» Il avoue ne pas vraiment se rendre compte de la passion avec laquelle la Belgique suit ce tournoi. «On évite de lire la presse et de se mettre une pression supplémentaire. On ne vit pourtant pas retirés du monde: on reçoit des coups de fil, quelques visites de la famille...»

Sitôt le tournoi terminé, il rejoindra avec Justine sa Belgique natale. Pour décompresser et, surtout, voir l'état d'avancement de leur nouvel appartement, à Wépion, en bord de Meuse. «Il devrait être terminé cet été et nous pourrions aménager en septembre...»

© Les Sports 2003

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous