Roger Federer se vexe, se fâche et se qualifie. Venu à Paris pour jouer des matchs et prendre du rythme, Roger Federer s’est hissé au troisième tour de Roland-Garros. Le Suisse, n°8 mondial et tête de série n°8, s’est imposé en quatre sets 6-2, 2-6, 7-6 (4), 6-2 en 2h35 contre le Croate Marin Cilic (ATP 47). Après un premier set maîtrisé et remporté 6-2, Federer devait laisser filer la deuxième manche sur le même score. Le troisième set était plus disputé et le Suisse devait attendre le tie-break pour mener deux sets à un. Dans le quatrième set, Federer faisait le break pour mener 3-1 puis 4-1 en transformant le break sur son service. À 5-2, le Suisse transformait la deuxième de ses deux balles de match pour se qualifier pour le troisième tour. Au troisième tour, Federer affrontera Dominik Koepfer (ATP 59) qui a éliminé l’Américain Taylor Fritz. L’un des faits marquants de l’affrontement entre Federer et Cilic, c’est l’échange tendu entre le Suisse et l’arbitre. Dans le deuxième set, l’homme aux 20 titres en Grand Chelem n’a pas apprécié que l’arbitre, Emmanuel Joseph, lui inflige un avertissement pour dépassement de temps entre deux points. Juste avant, Cilic avait servi (tout doucement) alors que le Roger Federer n’était pas encore en place. “C’est la première fois qu’un mec me sert dessus pendant que je ne suis pas encore là et toi tu n’as pas réagi, tu ne dis rien…”, a lancé Federer. L’arbitre répondant : “Je pensais que tu avais compris”. “Tu pensais… Tu penses faux”, conclut le Bâlois.

Djokovic à l’économie

Novak Djokovic n’a pas traîné pour se qualifier pour le troisième tour. Le numéro 1 mondial s’est imposé en trois sets face à l’Uruguayen Pablo Cuevas (6-3, 6-2, 6-4). Malgré de la bonne volonté, Cuevas n’avait pas les armes pour dérégler Djokovic qui a su hausser son niveau juste ce qu’il fallait dans un troisième set plus accroché pour se garantir une victoire sans perte d’énergie superflue. Ce qui est important dans un Grand Chelem. Au troisième tour, le Serbe affrontera le Lituanien Ricardas Berankis (ATP 93) qui a écarté l’Australien James Duckworth (ATP 101) au deuxième tour.

L’air de Paris fait du bien à Diego Schwartzman

Alors que Diego Schwartzman ne respirait pas la grande forme, l’Argentin n’avait gagné aucun match lors des trois Masters 1000 disputés sur terre cette saison, le voilà au troisième tour de Roland-Garros après sa victoire facile contre le Slovène Aljaz Bedene (6-4, 6-2, 6-4 en 2 h 21). Le dixième joueur mondial avait atteint le dernier carré l’an dernier avec au passage une victoire contre Dominic Thiem. Au prochain tour, Diego Schwartzman sera opposé à l’Allemand Philipp Kohlschreiber tombeur d’Aslan Karatsev. Jannik Sinner n’a pas eu, lui, la partie facile face à son compatriote Gianluca Mager (6-1, 7-5, 3-6, 6-3) mais le jeune joueur italien est au troisième tour. Tout comme son compatriote Matteo Berrettini, numéro 9 mondial, qui s’est imposé en trois sets face à l’Argentin Federico Coria (6-3, 6-3, 6-2). Un troisième Italien a passé ce deuxième tour puisque le tombeur de David Goffin, Lorenzo Musetti a battu en trois sets le Japonais Yoshihito Nishioka.

Elise Mertens dans la douleur

Elise Mertens, 15e mondiale et tête de série n°14, s’est qualifiée pour le troisième tour en s’imposant en trois sets 4-6, 6-2, 6-4 en 2h29 face à la Kazakhe Zarina Diyas (WTA 93). Rapidement menée 0-2 après avoir perdu son premier service, Mertens inversait la tendance en remportant quatre jeux de suite pour mener 4-2. La native de Louvain héritait alors d’une balle de break pour faire 5-2 mais sans parvenir à la transformer. Mertens perdait alors pied et devait laisser la première manche à son adversaire (4-6). La numéro 1 belge remontait sur le court avec de meilleures intentions et un tennis plus agressif. Mertens remportait deux balles de break pour mener 5-1 avant de remporter le set sur son service 6-2 en 26 minutes. La manche décisive était plus disputée et Mertens transformait sa troisième balle de break dans le septième jeu pour mener 4-3, un break ensuite transformé sur son service pour faire 5-3. Après avoir gaspillé deux balles de match sur le service de Diyas, la Limbourgeoise transformait sa première balle de match sur son service pour s’imposer 4-6, 6-2, 6-4. Au troisième tour, Mertens affrontera Maria Sakkari.

Comme redouté, Barty abandonne

L’Australienne Ashleigh Barty, numéro un mondiale et lauréate de Roland-Garros 2019, a abandonné au deuxième tour souffrant du bas du dos, alors qu’elle était menée 6-1, 2-2 par la Polonaise Magda Linette (WTA 45). Barty est sortie du court Central pour se faire manipuler à l’issue du premier set, avant de jeter l’éponge après quatre jeux dans le second. L’Australienne de 25 ans avait déjà eu recours au kiné au cours de son premier tour mardi. Barty, sacrée il y a deux ans et absente de l’édition 2020 à l’automne dernier en pleine pandémie, faisait partie des principales prétendantes au titre sur la terre battue parisienne. L’Australienne restait sur un autre abandon, à cause d’un bras douloureux, en quarts de finale à Rome, alors qu’elle menait un set à zéro contre Cori Gauff. À Paris, Barty jouait aussi avec un imposant bandage à la cuisse gauche. Linette affrontera la Tunisienne Ons Jabeur (WTA 26) pour une place en huitièmes de finale.

Cela passe pour Kenin

Sofia Kenin, cinquième mondiale a poursuivi sa route. La finaliste 2020 a écarté sa compatriote américaine Hailey Baptiste (WTA 203) 7-5, 6-3 au deuxième tour. Après s’être échangé les mises en jeu au début du premier set, les deux joueuses en sont arrivées à 5-5. Kenin a alors inscrit huit points consécutifs pour remporter la manche. Sur sa lancée, la lauréate de l’Open d’Australie 2020 s’est détachée 4-0 dans la seconde manche. Baptiste, 19 ans, a réduit l’écart en reprenant une fois la mise en jeu de son adversaire lorsque celle-ci a servi pour la première fois pour le match à 5-2. Mais elle a cédé dans la foulée en perdant de nouveau son jeu de service. Sofia Kenin affrontera une autre Américaine, Jessica Pegula (WTA 29) lors de son prochain match.