Rafael Nadal s’est hissé en huitièmes de finale en battant en trois sets 6-3, 6-3, 6-3 le Britannique Cameron Norrie (ATP 45). Après avoir facilement remporté le premier set, Nadal était en difficulté dans la deuxième manche en étant mené 1-3. Le Majorquin faisait ensuite preuve d’un sursaut d’orgueil et remportait cinq jeux de suite pour mener deux sets à zéro. Treize fois vainqueur à Paris, Nadal déroulait ensuite dans le troisième set pour se hisser au prochain tour où il sera opposé Jannik Sinner. L’Italien, 19e mondial, a disposé en trois sets 6-1, 7-5, 6-3 du Suédois Mikael Ymer (ATP 105) au troisième tour. “Parfois, j’ai joué un bon tennis, parfois je pouvais mieux faire”, a commenté le numéro 3 mondial. “Il y a des choses que je dois faire mieux, mais j’ai confiance, je pense pouvoir le faire.”

Djokovic sans forcer

Plus tôt dans la journée, Novak Djokovic a montré qu’il est arrivé à Paris en bonne forme. Le numéro un mondial s’est qualifié pour les huitièmes de finale en disposant en trois sets 6-1, 6-4, 6-1 du Lituanien Ricardas Berankis (ATP 93). Après un premier set remporté en 28 minutes, Djokovic n’avait ensuite besoin que de 32 minutes pour mener deux sets à zéro. Peu inquiété par son adversaire, Djoko déroulait dans le troisième set pour assurer sa place en huitièmes de finale où il affrontera le jeune Italien de 19 ans Lorenzo Musetti, 76e mondial et tombeur de David Goffin au premier tour, qui dispute son tout premier tournoi du Grand Chelem. “J’ai été solide, j’ai beaucoup varié dans les échanges”, a résumé le numéro un mondial tout en tempérant la sévérité du score : “Cela a peut-être semblé simple, mais cela ne l’était pas. Il faisait moins chaud aujourd’hui que jeudi alors la balle rebondissait moins. Mais j’ai su m’adapter.”

Schwartzman poursuit son sans-faute

Battu par Ruud à Monte Carlo, par Karatsev à Madrid et par à Auger-Aliassime à Rome, à chaque fois lors de son premier match, Diego Schwartzman a retrouvé des couleurs à Paris où il s’est qualifié pour les huitièmes de finale en ne concédant aucun set. L’Argentin, dixième mondial, après avoir battu Lu et Bedene trois sets à zéro, a fait de même contre l’Allemand Philipp Kohlschreiber (6-4, 6-2, 6-1). En huitièmes de finale, l’élève de Juan Ignacio Chela affrontera un autre Allemand, Jan-Lennard Struff, qui a mis un terme au beau parcours du jeune joueur espagnol (18 ans) Carlos Alcaraz (6-4, 7-6, 6-2).

C’est terminé pour Mertens après un long duel

Elise Mertens a été éliminée au troisième tour après son revers en trois sets 5-7, 7-6 (2), 2-6 (2h52) contre la Grecque Maria Sakkari. Mertens rentrait bien dans son match et remportait les deux premiers jeux avec un break d’entrée. La native de Louvain manquait la conversion d’une balle de 3-0 avant de perdre son break d’avance dans le quatrième jeu pour voir Sakkari revenir à 2-2. Le premier set était très serré et les deux joueuses se rendaient coup pour coup. À 6-5 pour la Grecque, Mertens perdait son service au pire moment et offrait la première manche à Sakkari. Malgré deux breaks remportés dans les premier et septième jeux du deuxième set, la Limbourgeoise ne parvenait pas à se détacher en se faisant à chaque fois contre-breaker dans la foulée. Le gain du deuxième set se jouait finalement au jeu décisif, remporté par Mertens (7/2) pour égaliser à une manche partout. Breakée d’entrée dans le troisième set, Mertens entrait mal dans cette dernière manche. Menée 3-1, la Limbourgeoise de 25 ans perdait une nouvelle fois son service et Sakkari confirmait dans la foulée pour mener 5-1 puis 6-2. Mertens jouera encore en double ce dimanche avec sa partenaire la Taïwanaise Su-Wei Hsieh contre la Polonaise Iga Swiatek, tenante du titre en simple, et l’Américaine Bethanie Mattek-Sands.

Le Swiatek express est lancé

Inattendue l’an passé, l’étudiante polonaise avait déboulé à 19 ans et remporté son premier titre du Grand Chelem sans concéder le moindre set. Du coup cette année, Swiatek, qui a fêté ses 20 ans lundi, est surveillée. Et déjà, elle a traversé la première semaine sur un rythme comparable à celui de l’an dernier, sans perdre une seul manche. Au total, après sa victoire samedi contre Anett Kontaveit (31e) 7-6 (7-4), 6-0, elle en est donc à 20 sets gagnés d’affilée à Roland-Garros. “Je ne suis pas passée loin de ne pas faire durer ce record aujourd’hui”, a-t-elle reconnu. Mais, après les forfaits de Naomi Osaka (2e) et Simona Halep (3e), ainsi que l’abandon d’Ashleigh Barty (N.1) et la défaite d’Aryna Sabalenka (4e), la démonstration du second set pose Swiatek comme la favorite du tournoi. Aucune joueuse n’a plus conservé son titre à Roland-Garros depuis Justine Henin, qui s’était même imposée trois fois de suite en 2005, 2006 et 2007.

Kenin résiste

Sofia Kenin s’est qualifiée pour les huitièmes de finale. L’Américaine, numéro 5 mondiale et tête de série numéro 4, s’est imposée en trois sets 4-6, 6-1, 6-4 et 1h56 face à sa compatriote Jessica Pegula, 29e mondial. Finaliste l’année dernière, Kenin a dû une nouvelle fois batailler dans ce tournoi pour passer au prochain tour où elle croisera le fer avec la tombeuse d’Elise Mertens, la Grecque Maria Sakkari.

L’appel à l’aide de Sloane Stephens

L’Américaine Sloane Stephens, victorieuse de Karolina Muchova, a évoqué la manière dont certaines joueuses ont vécu la pandémie : “La vie a été difficile et tout le monde a rencontré des difficultés. Il est important de pouvoir parler à quelqu’un de nos ressentis, parce que ce n’est pas facile de prétendre que tout va bien quand ce n’est pas le cas. Beaucoup de joueurs ont souffert en silence. Ce n’est pas juste. Nous devons avoir autant de soutien que possible. Avec les autres filles, nous sommes des adversaires, mais aussi des collègues. Il est important de se soutenir.”

L’abandon du jour : Brady

“Je souffre d’une fasciite plantaire et d’une ecchymose osseuse. Je vais devoir repasser des examens et j’espère ne pas avoir aggravé une blessure présente depuis le tournoi de Rome. Au départ je n’envisageais pas de jouer à Roland-Garros.” Voilà comment a expliqué Jennifer Brady son abandon au troisième tour face à Cori Gauff (6-1, ab.).

Svitolina rentre à la maison

Elina Svitolina, 6e mondiale, a été éliminée par Barbora Krejcikova (WTA 33), victorieuse 6-3, 6-2. L’Ukrainienne de 26 ans avait rallié l’an dernier les quarts de finale. De son côté, la Tchèque atteint à 25 ans les huitièmes de finale à Paris pour la deuxième année d’affilée, ce qui reste à ce jour son meilleur résultat en Grand Chelem. “Je suis super heureuse, j’ai du mal à y croire”, a lancé Krejcikova. “Contre Svitolina la plupart de mes coups étaient incroyables, c’est mon meilleur match !”