Justine Henin participera-t-elle, ce week-end, à la demi-finale de Fed Cup qui opposera à Ostende la Belgique aux Etats-Unis? C'est aujourd'hui, de retour d'un court séjour aux Canaries en compagnie des enfants de sa fondation, que la championne rochefortoise officialisera, en âme et conscience, sa décision.

On se souvient que Justine Henin avait marqué un accord de principe pour disputer, cette année, la Fed Cup. Mais, prudente, elle avait toujours ajouté qu'elle privilégierait son état de santé.

Très fatiguée

Finaliste malheureuse à Wimbledon, elle a, de son propre aveu, terminé très fatiguée le tournoi londonien. La raison la pousserait, dès lors, à déclarer forfait pour le rendez-vous ostendais. Mais il est clair qu'un tel renoncement, à trois jours du début des festivités, aurait des conséquences négatives à la fois sur les chances de l'équipe belge et sur son image auprès du grand public. On peut être sûr qu'avant de prendre sa décision, Justine pèsera donc le pour et le contre...

Dans l'absolu, Justine a sûrement envie de ranger ses raquettes et de prendre une ou deux semaines de vacances afin de décompresser mentalement et physiquement. C'est compréhensible.

Mais le moment tombe évidemment très mal. Si elle renonce au duel face aux Etats-Unis, elle subira, derechef, les foudres de la critique sur son manque d'esprit patriotique, sa faible implication pour l'équipe nationale, ses relations avec Kim!

«Ce serait très dommage car la Belgique a une chance unique de remporter cette année la Fed Cup. Et sans Justine, ce sera beaucoup plus difficile», explique Bob Verbeeck, organisateur du match face aux Etats-Unis.

«Un peu anxieux»

Certes, l'équipe américaine qui s'est déplacée sur notre littoral (Jill Craybass, Jamea Jackson, Vania King et Mashona Washington) est loin d'être impressionnante. Mais l'absence de Justine mettrait assurément Kim Clijsters sous grosse pression et obligerait quasiment la Limbourgeoise à remporter ses trois matches. Elle compliquerait également la tâche du capitaine Carl Maes qui devrait composer avec seulement trois joueuses (Clijsters, Flipkens et Maes) et décevrait le nombreux public (qui a déjà réservé ses places dans la Sea arena).

Bref, dans le clan belge, chacun espère que Justine rejoindra bel et bien la reine des plages dès ce mercredi soir, comme annoncé initialement. «Nous sommes dans l'expectative, un peu anxieux», confie André Stein, président de l'Association francophone de tennis et du comité de sélection.

Pour rappel, en cas de victoire face aux Etats-Unis, la Belgique affrontera, en septembre, le vainqueur du match entre l'Espagne et l'Italie. Et cette grande finale aura lieu dans la partie francophone du pays!

© Les Sports 2006