Loin des rythmes de la samba qui ont envahi la plage de Copacabana et le stade de Yokohama lors de la victoire du Brésil en Coupe du monde de football, Andre Sa (ATP 90) s'est qualifié lundi pour les quarts de finale en éliminant en quatre sets l'Espagnol Feliciano Lopez (ATP 103).

`J'ai regardé la finale de la Coupe du monde en compagnie de quelques amis dans l'appartement où je loge. J'étais très heureux et je ne demandais pas mieux que de pouvoir afficher le même visage que Ronaldo après ses deux buts contre l'Allemagne à la fin de mon match ´, expliqua-t-il, le sourire aux lèvres.

En dix participations dans des levées du Grand Chelem, le natif de Belo Horizonte, 25 ans, n'avait jamais dépassé le deuxième tour. Battu d'entrée à l'Australian Open et à Roland-Garros, il restait également sur cinq défaites consécutives au premier tour avant de franchir la grille du All England Club. Lundi, il est devenu le deuxième Carioca de l'histoire, après Gustavo Kuerten en 1999, à atteindre ce stade. `Je n'ai pas de véritable explication à ma réussite. Simplement, j'ai l'impression que le gazon est un petit peu plus lent cette année, ce qui permet à plus ou moins tous les types de jeu de s'exprimer. J'ai été éduqué sur terre battue comme la majorité de mes compatriotes, mais c'est sur dur que j'ai affiché mes meilleurs résultats. Au Brésil, pour autant que je sache, il n'y a que trois courts en gazon. Ils sont situés dans un club privé à Rio. Je n'ai jamais rechigné à jouer sur cette surface. Je sais que beaucoup d'Espagnols et de Sud-Américains ne peuvent pas la voir en peinture, mais moi elle ne me dérange pas...´ En quarts de finale, il rencontrera Tim Henman, la tête de série n°4, qui s'est imposé à l'arraché face au Suisse Michel Kratochvil (ATP 45).

© Les Sports 2002