LONDRES Le tennis, ce n'est pas la santé, si l'on se fie au panorama médical de Wimbledon, pour ce qui concerne uniquement les joueurs, à mi-chemin du tournoi.

Avant même le premier coup de raquette, avaient déclaré forfait les Espagnols Alex Corretja (infection), Carlos Moya (blessure à une épaule) et Felix Mantilla (blessure à un genou), le Français Sébastien Grosjean (adducteurs), le Chilien Marcelo Rios (blessure à un genou), le Suédois Andreas Vinciguerra (blessure au dos) et le Slovaque Karol Kucera (blessure à un genou).

Après l'ouverture de la compétition, ont abandonné au cours d'un match l'Argentin Mariano Zabaleta (malaise), le Tchèque Bohdan Ulihrach (malaise), les Français Jérôme Golmard (blessure à un coude) et Michael Llodra (blessure à un genou lors de son premier tour du double avec Fabrice Santoro).

Les cas les plus nombreux concernent les joueurs qui traînent des blessures plus ou moins bien guéries. Ainsi en va-t-il du Britannique Greg Rusedski (blessure au cou) qui joue contre Xavier Malisse ce lundi, du Suédois Thomas Johansson (blessure à une hanche), du Russe Evgueni Kafelnikov (blessure à un pied), du Sud-Africain Wayne Ferreira (blessure au dos), de l'Autrichien Markus Hipfl (tendinite), de l'Israélien Harel Levy (contracture), du Sud-Africain Neville Godwin (asthme), de l' Allemand Nicolas Kiefer (contracture), du Français Nicolas Escudé (lésion abdominale), de l'Australien Lleyton Hewitt (virus stomacal), du Marocain Younes El Aynaoui (blessure à une main) et de l'Argentin Jose Acuso (infection sanguine). Dès lors, les soigneurs ne savent plus où donner de l'éponge... s

© Les Sports 2002