Envoyé spécial à Paris

Quatorze heures, hier. Le soleil darde aveuglément ses rayons sur Roland Garros. Sur les courts n°4 et 5, Steve Darcis et Kristof Vliegen terminent leur entraînement. Aujourd’hui, ils entreront dans la danse : le Liégeois face au Roumain Victor Hanescu (ATP 30), le Limbourgeois face au Portugais Rui Machado (ATP 123). "Les sensations sont bonnes. Je suis ici depuis jeudi et je ne ressens plus aucune douleur à l’épaule. C’est bon signe, surtout si le match va aux cinq sets" , explique Steve Darcis, en s’épongeant le front.

Le protégé de Réginald Willems a connu un début de saison très moyen. "Carrément mauvais, nous reprend-il. J’ai eu une série de pépins physiques qui ont chaque fois freiné mon élan. Là, j’espère en être débarrassé "

L’an passé, pour son premier Roland, Steve Darcis avait cédé, en trois sets, face à l’Espagnol David Ferrer, futur quart de finaliste. "Le tirage est meilleur cette fois, même si Victor Hanescu est un redoutable guerrier de la terre battue. Il m’a battu en deux sets cette année à Casablanca. Malgré sa grande taille (1,92m, NdlR), il est très solide du fond du court. Je m’attends à un dur combat " Steve Darcis jouera en premier match sur le court n°17 et pourra compter sur le soutien du public belge, incompréhensiblement privé hier de tout représentant lors de la journée initiale. "Ce serait chouette de passer enfin un tour dans ce tournoi qui a nourri tous mes rêves de gosse...", glisse encore le propriétaire de deux titres ATP.

Face à Rui Machado, sorti des qualifications, Kristof Vliegen devrait avoir la tâche un rien plus facile. "C’est vrai, j’aurais pu tomber plus mal. Mais, attention, c’est un joueur qui ne lâche rien, un peu dans le genre des Espagnols. Il n’est pas là par hasard "

A l’instar de Darcis, le Maaseikois traverse une période de doute. Son début de saison a été mi-figue mi-raisin. Il se dit pourtant raisonnablement optimiste. "La victoire du RC Genk, samedi, en finale de la Coupe de Belgique est un signal positif ! J’ai suivi le match dans le car régie de la VRT. Rien de tel pour ma motivation "

On parlait décidément beaucoup de football, hier, dans le camp belge où chacun se demandait grâce à quel système-D il allait pouvoir suivre le match retour entre le Standard et Anderlecht. Pas question en effet de capter Be TV au pied de la tour d’Eiffel ! A l’hôtel Adagio du boulevard Hausmann, où logent la plupart des joueurs belges, l’ambiance s’annonçait très chaude ! "Jeudi dernier, pour le match aller, on s’était connecté à la radio via Internet. C’était très stressant", confiait Steve Darcis qui, en bon Liégeois, supporte inconditionnellement le Sporting d’Anderlecht !