Notre pays a été gâté par le tirage au sort de l'édition 2007 de la Coupe Davis, qui a été effectué jeudi midi à Rome. Pour son grand retour au sein du Groupe mondial, après trois ans de purgatoire en Zone Euro-Africaine, la Belgique pourra accueillir, sans doute à Liège, l'Australie du 9 au 11 février.

"Parmi toutes les options possibles, il s'agissait de mon deuxième tirage préféré", confia le capitaine Julien Hoferlin. "Le meilleur choix eut été de recevoir la Biélorussie, la nation la plus faible parmi les têtes de série, mais nous n'allons pas faire la fine bouche. Cela nous offre une bonne chance de gagner, ce qui était l'objectif. Nous aurions pu tomber plus mal et devoir par exemple nous rendre aux Etats-Unis ou en Argentine."

Ne bénéficiant pas d'un statut protégé, la Belgique ne pouvait sans doute rêver mieux pour espérer remporter son premier match dans le Groupe mondial depuis... 1999. Avec pas moins de 28 triomphes en 87 années de participations, l'Australie est bien la nation les plus prolifique de l'histoire de la Coupe Davis derrière les Etats-Unis, mais elle ne présente pas le même visage selon qu'elle évolue à domicile ou à l'extérieur, où elle craint la terre battue. Pouvant compter sur un véritable gladiateur en la personne de l'ancien numéro un mondial Lleyton Hewitt, l'équipe océanienne vient encore d'atteindre les demi-finales, mais elle s'y est inclinée 5-0 en Argentine.

"Nous allons opter sans hésiter pour de la terre battue bien lourde", poursuit le Liégeois. "Nous ne sommes pas sots. L'Australie remporta bien la Coupe Davis en 1999 sur terre battue en France, mais cela reste l'une des plus grosses surprises de l'histoire de l'épreuve. Olivier Rochus est content du tirage et je suis persuadé que Kristof Vliegen doit l'être aussi. Il ne faut toutefois pas s'emballer. Hewitt à Liège, cela vaut Hrbaty à Bratislava. Il faudra donc sortir de gros matches. Maintenant, nous l'avons fait en Slovaquie. Il n'y a dès lors pas de raison que nous n'en soyons pas capables contre l'Australie. C'est vrai que tous les paramètres plaident en notre faveur", confie encore Julien Hoferlin. "Je ne connais pas les objectifs de Hewitt. Il a déjà gagné la Coupe Davis. Il n'était pas allé en Suisse, en février cette année, où l'Australie s'était imposée avec Luczak et Guccione, Federer ne jouant pas non plus. Luczak, longtemps blessé, devrait être le deuxième joueur de simple. Moi, je sais en tout cas que je pourrai compter sur deux exceptionnels guerriers qui sont prêts à mourir sur le court. C'est tout ce qui compte", conclut le capitaine, ne préférant pas commenter le cas Xavier Malisse.

En cas de victoire, au mois de février, la Belgique accueillerait du 6 au 8 avril le vainqueur de la rencontre entre l'Allemagne de Tommy Haas et la Croatie d'Ivan Ljubicic.

© La Libre Belgique 2006