ÉCLAIRAGE

Depuis 23 ans, l'équipe qui a remporté le point du double a ramené chez elle le Saladier d'Argent. C'est dire si l'affrontement de la nuit dernière sur le gazon - importé - de la Rod Laver Arena aura été crucial pour les deux protagonistes. Vendredi - lisez dans la nuit de jeudi à vendredi -, les spécialistes du gazon avaient dicté leur loi. Nicolas Escudé, invaincu en Coupe Davis (7 victoires), s'est débarrassé de Lleyton Hewitt, le n°1 mondial, lui aussi un spécialiste de l'épreuve (16 victoires, 5 défaites)...

Scud, le bien nommé, est le joueur type de Coupe Davis, hyper-doué et capable de se transcender pour l'équipe, bien davantage que pour sa carrière personnelle puisqu' il ne pointe `qu'au´ 28e rang du classement ATP. Après avoir déjà battu Hewitt cette année à Wimbledon, Escudé a réédité cette performance dans le jardin de l'Australien, il fallait le faire. Cet exploit est comparable à celui que signa... Hewitt sur la terre battue de Florianopolis quand il battit Meligeni et, surtout, Kuerten devant 10 000 Cariocas hostiles.

La victoire en trois sets de Rafter, le chouchou de la nation, sur Grosjean est plus logique en dépit de la fin de saison tonitruante (vainqueur à Bercy, finaliste du Masters) du jeune Français. Exercice de style boudé par les spectateurs le reste de l'année, le double est souvent déterminant et captivant en Coupe Davis. Cette nuit, il opposait Woodbridge/Arthurs à Pioline/Santoro. L'avantage du pronostic penchait du côté des `Kangourous´ avec Todd Woodbridge, le meilleur joueur du monde côté droit - c'est lui qui le dit - et Wayne Arthurs, un immense serveur. Les Coqs ont quelques arguments à faire valoir avec un joueur des plus complets, Pioline, et d'un créatif: Santoro. Alors qu'ils n'étaient pas les plus grands amis du monde il n'y a pas si longtemps, Pioline et Santoro ont su mettre de côté leurs différends pour le bien de l'équipe. Face à Schalken et Haarhuis en demi-finale, dans le chaudron oranje de Rotterdam, les Frenchies avaient joué une partition plus que parfaite pour décrocher la qualification.

PIOLINE À LA PLACE DE GROSJEAN?

Quel que soit le résultat du double, il ne nous étonnerait pas que Guy Forget sorte de sa manche la carte Pioline pour défier Lleyton Hewitt. En effet, ni Grosjean, ni Clément - deux joueurs aux qualités tennistiques quasi similaires - ne sont, en dépit de leur classement avantageux, des spécialistes du gazon. Dans cette optique, Guy Forget pourrait faire appel à Cédric Pioline qui, rappelons-le, fut tout de même finaliste à Wimbledon en 1997. Descendu à la 87e

place du classement ATP, le plus expérimenté des joueurs tricolores a fait de cette Coupe Davis son objectif majeur et s'y est préparé en conséquence... Pioline a les armes naturelles pour inquiéter le n°1 mondial, à condition de faire fi d'une pression qu'il n'a pas toujours su gérer à bon escient tout au long de sa carrière.

© La Libre Belgique 2001