Malheureusement, il n'y a pas de matches nuls en tennis...

Tennis

Publié le

Malheureusement, il n'y a pas de matches nuls en tennis...
© AFP

Kim Clijsters est passée bien près de la victoire à Roland Garros mais aura dû céder face à Jennifer Capriati après 22 jeux dans le troisième set au terme d'une superbe finale lors de laquelle a été pratiqué un tennis de très haut niveau.

Dès les premiers échanges, Jennifer Capriati montrait son meilleur tennis, menant rapidement 1-0 et s'octroyant quatre balles de break sur le service de Clijsters. Mais cette dernière les sauva toutes avant de prendre une grande respiration et d'égaliser. Elle était alors bien dans le match tandis que son adversaire jouait un peu trop long. Alors que des spécialistes, comme Chris Evert, avaient prévu une victoire facile de Capriati, cette dernière avait perdu le premier set 6-1 avant même avoir eu le temps de s'en rendre compte. On sentait Clijsters en confiance, comme sur le point qui lui permit d'obtenir sa deuxième balle de set. Au filet, Capriati enchaînait smashes et volées mais, à chaque fois, elle vit la balle revenir, jusqu'à ce que Clijsters lui envoie un passing coup droit dans un trous de souris.

Cependant, dans les derniers échanges, on sentait que le jeu s'était à nouveau équilibré. Et, petit à petit, la tendance s'inversa avec, néanmoins, une partie très serrée. Capriati prit le service de Clijsters menant 2-1 service à suivre avant que la Limbourgeoise n'efface ce break pour perdre à nouveau son service directement après. L'Américaine dominait légèrement et ne se laissa plus surprendre pour finalement s'adjuger la deuxième manche sur le score de 6-4.

Très fortes physiquement et moralement, les deux joueuses laissaient entrevoir un grand spectacle dans les manche finale. Et effectivement, elles déployaient leur meilleur tennis même si c'était à nouveau la Belge qui prit l'ascendant sur la partie. Toutefois, son adversaire restait concentrée et à aucun moment ne sortit du match. Les balles, elles, connaissaient par coeur la sensation de toucher la ligne blanche, souvent visées et presque aussi souvent atteintes par les coups des deux protagonistes.

Six jeux partout : impossible de départager les deux championnes qui, au vu du jeu qu'elles ont déployé, méritent toutes deux la victoire. Mais il faut continuer, il faut deux jeux d'écart. Et là, Clijsters allait perdre son service : 7-6, restait à l'Américaine à conclure sur sa mise en jeu. C'était sans compter sur le caractère de la Limbourgeoise qui rétablit l'égalité après de longues minutes stressantes...

Mais Capriati allait à nouveau breaker, cinq jeux plus tard pour, à nouveau, se faire remonter au score. Les deux joueuses offraient un splendide spectacle : du tennis presque parfait, presque car les deux heures de jeu se faisaient de temps à autre ressentir...

A dix jeux à neuf en sa faveur, Clijsters allait toutefois connaître un léger passage à vide, concédant huit points de suite. Onze dix pour Capriati, service à suivre. Cette fois, l'Américaine n'allait pas laisser passer sa chance malgré le jusqu'au-boutisme de son adversaire.

1-6 6-4 12-10 : la finale la plus longue de l'histoire du tournoi et certainement l'une des plus belles se terminait malheureusement pour la Belge qui, à plusieurs reprises, a été à deux points du match. Mais il fallait bien qu'une des deux joueuses l'emporte... Du même coup, Jennifer Capriati reste dans la course au grand chelem cette année.

Emues mais heureuses, Capriati et Clijsters vinrent chercher leur trophée et effectuère les discours d'usage. "Merci à ma famille pour le soutien qu'elle m'a toujours apporté et sans qui je ne serais pas là, commença la lauréate. Je dédie cette victoire à Corina à qui je souhaite de se rétablir rapidement (NdlR : Corina Morariu, équipière de Capriati dans l'équipe américaine de Fed Cup, a appris récemment qu'elle était atteinte d'une leucémie). C'est ce qui est le plus important à présent. Quant à Kim, je la félicite : elle reviendra en finale et gagnera ici un jour."

Déçue, la Limbourgeoise n'allait pas pour autant échapper à ses promesses : "Je vais essayer de dire quelques mots en français. Je viens de vivre deux semaines magnifiques. Et hier, j'ai passé mon plus bel anniversaire." Après une pause chanson du public qui entonna Happy Birthday to you, elle poursuivit : "Félicitations à Jennifer pour ces deux semaines, je pense qu'elle gagnera d'autres tournois du grand chelem cette année. Merci à ma famille qui est venue aujourd'hui, à mon coach qui travaille avec moi depuis six ans. Merci à mon copain pour être resté ici (Lleyton Hewitt était censé commencé sa préparation sur gazon). Enfin, merci pour tous les Belges qui sont venus aujourd'hui."

Ils reviendront.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous