© EPA

Tennis

Malisse: `Aller le plus loin possible´

Serge Fayat

Publié le - Mis à jour le

S'il était parvenu à battre l'Argentin David Nalbandian, en demi-finale à Wimbledon, il aurait déjà été 16e mondial. Tout, certes, vient à point à qui sait attendre. Xavier Malisse a franchi, lundi, un nouveau cap dans sa carrière. Engagé cette semaine à Indianapolis, le Courtraisien s'est hissé parmi les vingt meilleurs joueurs de la planète tennis pour venir se nicher au 19e rang mondial.

La révélation à Wimbledon

Agé de 22 ans, le numéro un belge a acquis une nouvelle dimension cette saison. Depuis son accession aux huitièmes de finale de l'US Open, l'an dernier, à la suite d'une victoire en cinq sets contre Tim Henman, il a clairement pris conscience de ses possibilités. Demi-finaliste à Memphis et à San José, huitième de finaliste à Roland-Garros, il a littéralement éclaté cet été sur le gazon de Wimbledon, atteignant les demi-finales en épinglant, au passage, aux cordes de sa raquette les scalps d'Evgueni Kafelnikov, Greg Rusedski et Richard Krajicek.

Enfin sage

Du talent, Xavier Malisse a en toujours possédé. Cela, personne n'en a jamais douté. Chez les jeunes, il survola la concurrence avec une aisance qui n'avait d'égal que sa nonchalance. Passant à deux doigts de battre Pete Sampras, au début de l'année 1998 au tournoi de Philadelphie alors qu'il n'avait toujours que 17 ans, il succomba aux charmes de sa nouvelle vie et se perdit en chemin. Aujourd'hui, alors qu'il est en passe de se marier avec sa fiancée Katie Castermans, il a clairement trouvé sa voie: `J'en avais assez d'entendre que j'avais du talent. Le talent ne m'aurait jamais amené plus loin que la 150 e ou 200 e place mondiale...´

Premier joueur masculin belge de l'histoire à figurer si haut dans la hiérarchie mondiale, Xavier Malisse ne compte évidemment pas s'arrêter en si bon chemin. Son coach, Craig Kardon, lui prédit ainsi à terme le Top 10 .

`J'aimerais bien terminer l'année au sein du Top 20, disait-il encore pas plus tard que la semaine dernière à Cincinnati. J'ai prévu de revoir mes objectifs à ce moment-là. Il n'y en a qu'un seul à la fois qui peut devenir numéro un mondial. Disons que j'ai simplement envie d'aller le plus loin possible.´

© Les Sports 2002

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous