ENVOYÉ SPÉCIAL À NEW YORK

Elle n'a tout juste que 18 ans, mais elle possède déjà le monde à ses pieds. Révélée l'été dernier par un triomphe sur le gazon de Wimbledon en finale contre Serena Williams, Maria Sharapova (WTA 2) a emporté depuis le circuit féminin dans un véritable tourbillon de charme et d'efficacité. Grande, belle et frappant fort dans la balle, la blonde Sibérienne ne laisse personne de glace à Flushing Meadows, où elle affrontera ce vendredi Kim Clijsters (WTA 4) pour une place en finale.

«Je crois que ce sera une question de celle qui le voudra le plus et de celle qui sera prête à rester le plus longtemps sur le court, expliqua-t-elle sur la chaîne de télévision USA, à l'issue de sa victoire à l'arraché contre Nadia Petrova. Il va falloir que je lui mette beaucoup de pression et que je saisisse la moindre opportunité, car Kim est une grande joueuse en défense comme en attaque. Je suis très excitée d'être en demi-finales et j'attends ce match avec impatience.»

Suivie comme son ombre par son père Yuri, qui est également devenu son coach, Maria Sharapova jouit d'une immense popularité à New York. La semaine précédant le tournoi, elle fut ainsi invitée sur le plateau du célèbre «Today Show» de la chaîne NBC, dévoila sa nouvelle tenue de tennis bleue, et fit la promotion de son premier parfum aux essences de mandarine et bergamote. Il est vrai qu'alors que la majorité des jeunes filles de son âge entrent à peine à l'université, la poupée russe prête déjà son joli minois à une dizaine de grandes marques et pèse 22,5 millions de dollars en contrats publicitaires. Bref, Maria Sharapova, c'est le top intégral!

De nouveau numéro un

«Je suis contente de pouvoir de temps à autre effectuer toutes ces opérations promotionnelles, poursuivit la jeune fille, à qui le groupe de rock indépendant «Binge» vient de dédier une chanson. Je m'arrange pour les regrouper, ce qui me permet de ne pas être trop dérangée. J'avoue que j'aimerais faire quelque chose dans la mode une fois ma carrière terminée. Le tennis, toutefois, est ma priorité numéro un à l'heure actuelle et je réalise bien vite combien il me manque lorsque je ne suis pas sur le court. J'avoue que je n'aime pas trop suer à l'entraînement, mais j'adore la compétition.»

Sa volonté de progresser et sa combativité sur le court tranchent avec l'image très sexy qu'elle dégage en dehors. Hurlant à chaque frappe comme si elle se faisait égorger, elle fait preuve d'un caractère et d'une maturité étonnants pour aller au-delà des apparences et résister aux tentations qui l'entourent. C'est que partie à l'âge de 7 ans avec son père pour la Floride avec 700 dollars en poche, dans l'espoir de faire carrière, elle sait très bien d'où elle vient. Assurée de redevenir numéro un de la hiérarchie suite à la défaite de Lindsay Davenport, elle rêve de régner bientôt sans partage sur le tennis féminin.

«Mon désir est d'être la meilleure», a-t-elle souvent clamé, même lorsqu'elle n'était pas plus haute que trois balles de tennis. «Quand on n'a rien, on a soif de tout et on a très envie de réussir.»

Bref, même si Kim Clijsters l'a jusqu'à présent toujours battue, elle n'est pas prête à se laisser faire...

© Les Sports 2005