Après la numéro 2 mondiale Kim Clijsters, les leaders du tennis français Sébastien Grosjean et Amélie Mauresmo pourraient à leur tour être privés de Jeux olympiques 2004 pour des raisons de sponsoring.

Le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) est en effet sponsorisé par Adidas, alors que Grosjean porte des tenues Lacoste et que Mauresmo est équipée en vêtements par Nike. Rares sont d'ailleurs les joueurs et joueuses tricolores fournis en chemises ou jupettes par la marque aux trois bandes.

Et en vertu de l'article 8.3 de la Charte olympique, le CNOSF a le pouvoir unique et exclusif de déterminer les tenues et l'équipement à utiliser par ses athlètes dans le cadre des JO.

Ce point du règlement de la Charte a déjà contraint Clijsters à renoncer à représenter la Belgique aux Jeux d'Athènes. Le Comité olympique belge, lui aussi sponsorisé par Adidas, a refusé de la laisser jouer dans sa tenue habituelle de la marque Fila.

«On risque d'en arriver là avec nos joueurs et joueuses de tennis», a déclaré le directeur de la communication et du marketing du CNOSF, Serge Valentin. «Nous avons entamé des discussions et le problème n'est pas réglé. C'est dommage, les Jeux ne se déroulent que tous les quatre ans.» Le CNOSF, qui a choisi Adidas notamment parce que cette marque est présente dans la plupart des sports olympiques, laisse en revanche aux athlètes français le choix de leur «équipement lié à la performance».

Ainsi, les joueurs de tennis tricolores seront libres de jouer avec les chaussures et la raquette de la marque de leur choix à Athènes. «Nous n'avons vraiment pas envie de tout bloquer», a poursuivi Serge Valentin. Des négociations avaient été entamées avec les sponsors vêtements des joueurs et joueuses français.

© Les Sports 2003