ENVOYÉ SPÉCIAL À PARIS

Elle était la meilleure, mais elle s'en est bien sortie. Carl Maes, le capitaine de l'équipe belge de Fed Cup, était ravi de la nouvelle victoire de Justine Henin à Roland Garros. Le Limbourgeois, consultant pour la VRT durant la quinzaine, tenait avant tout à mettre en exergue les qualités mentales de la Famennoise, qui avait fait parler sa plus grande expérience pour accrocher une nouvelle levée du Grand Chelem à son palmarès.

«Elle mérite de gagner. Je l'ai trouvé très tendue durant une bonne partie de la rencontre, ne touchant pas bien la balle, mais elle a remporté tous les jeux importants, expliqua-t-il. Le premier le fut déjà, puis il y eut celui à 5-4 pour empocher le premier set, ensuite celui à 3-3 au deuxième set, et enfin le tout dernier pour sceller sa victoire. Ce n'était pas un match fantastique, mais elle l'a mieux géré que son adversaire, qui est à nouveau passé tout près sans réussir à concrétiser. Kuznetsova était sans doute avec Petrova, qui s'est blessée au début du tournoi, la joueuse susceptible de lui poser le plus de problèmes, mais il lui a manqué la maturité.»

Carl Maes, comme bon nombre d'autres observateurs, avait également été frappé par le fait que Justine Henin soit parvenue à remporter ces Internationaux de France sans concéder le moindre set et alors qu'elle n'a pas pratiqué son meilleur tennis. Cela lui rappelait le triomphe d'un certain Roger Federer, pas plus tard que lors du dernier Australian Open, au mois de janvier. Pour lui, réussir pareille gageure, n'est réservé qu'aux tout grands.

«Elle peut faire beaucoup mieux»

«Justine était la favorite de ce tournoi et elle a su répondre présent. C'est remarquable, d'autant qu'elle n'a que rarement approché son meilleur niveau. Pour moi, elle n'a disputé que deux bons matches durant la quinzaine. Je pense à son huitième de finale contre Myskina et à sa demi-finale contre Kim. Elle peut encore faire beaucoup mieux. Je peux m'imaginer que Carlos ait été exigeant avec elle. Elle possède toutes les armes pour briller sur terre battue. Elle est capable d'attaquer, de défendre et elle sait varier ses frappes comme personne.»

Lauréate de Roland Garros pour la troisième fois, déjà victorieuse de l'Australian Open et de l'US Open, Justine Henin ne doit en somme plus courir que derrière un triomphe à Wimbledon pour que son palmarès soit complet. Eliminée l'an dernier au premier tour par la Grecque Eleni Daniilidou, après y avoir notamment atteint la finale en 2001, elle sait qu'il s'agira en quelque sorte de son plus grand défi mais Carl Maes pense qu'elle a les moyens de le réaliser.

«Ce ne sera pas facile car le gazon est sans doute la surface sur laquelle ses adversaires peuvent lui faire le plus mal. Elle a toutefois amélioré son service, ce qui constitue un atout. Il n'y a, en tout cas, pas de raison qu'elle ne puisse pas y parvenir. Justine est une championne. Elle est même aujourd'hui devenue une grande championne. Cinq levées du Grand Chelem, cela commence fameusement à compter. L'écart qui la sépare des toutes grandes est en train de se réduire. Pour la Belgique, c'est fantastique. Je suis certain qu'on parlera encore dans 50 ans de ses exploits», conclut-il.

© La Libre Belgique 2006