Sur ses terres, le N.2 mondial avait reçu une véritable correction (6-1, 6-2) de la raquette de l'Argentin, qui n'a peut-être jamais aussi bien joué que depuis un mois.

Sa victime samedi en demi-finales, Richard Gasquet, battu (6-2, 6-4) mais heureux comme un prince après sa qualification pour le Masters de Shanghai, a estimé que même Roger Federer lui posait moins de problèmes.

"C'est difficile de comparer son niveau à celui d'un autre. Tout ce que je sais c'est que je me sens très bien", a répondu le peu loquace Argentin.

Il n'empêche qu'il est irrésistible depuis trois semaines après une saison pour le reste très moyenne, avec un quart de finale à Barcelone comme meilleur résultat.

A Madrid, l'Argentin, 21e mondial, avait battu les trois premiers joueurs au monde. A Bercy, il a battu Roger Federer pour la deuxième fois en onze jours et sera dimanche en lice pour une deuxième victoire en Masters Series de suite. Malheureusement pour lui, il s'est réveillé un peu tard et ne sera pas au Masters (11-18 novembre), contrairement à Gasquet, qualifié après la défaite de Marcos Baghdatis face à Nadal dans l'autre demi-finale.

A la dérive pendant une bonne heure, ce dernier a fait dans du pur Nadal pour battre le Chypriote (4-6, 6-4, 6-3). Il était arrivé en demi-finales sans perdre un set et a continué sur sa lancée face à Baghdatis en menant rapidement 3-0. Mais il a connu ensuite un gros passage à vide, perdant les cinq jeux suivants contre un adversaire qu'il avait toujours battu en quatre rencontres.

"Je n'arrive pas à jouer Nadal", avait soupiré Baghdatis la veille. Le Chypriote, 22e mondial, s'est pourtant montré nettement supérieur pendant une heure à l'Espagnol qu'il a baladé aux quatre coins du court pour mener 6-4 et 3-1. C'est alors que Nadal a une nouvelle fois montré ce qui fait sa force: un refus de la défaite et une combativité sans égal sur le circuit pour revenir à hauteur de son adversaire et le dépasser irrémédiablement.

Après avoir joué un tennis de rêve pendant un set et demi, Baghdatis a ainsi subi le rouleau compresseur de Nadal pour voir s'envoler, malgré un baroud d'honneur en fin de match, ses derniers rêves de participation au Masters. Dimanche Nadal, invaincu en désormais vingt-cinq matches à Paris, tentera de devenir le deuxième joueur à remporter Roland-Garros et Bercy dans sa carrière, après Andre Agassi en 1999. Et de se venger de l'humiliation que Nalbandian lui avait fait subir à Madrid.