Dans un interview publié jeudi dans le journal L'Équipe, l'Espagnol Rafael Nadal a jugé "stupides" les soupçons émis par Christophe Rochus à son encontre, mi-janvier, lorsque l'ancien joueur belge de tennis avait laissé entendre que les sept mois d'absence du Majorquin cachaient une possible sanction pour dopage.

"Oui, ce genre de rumeur existe parce que les contrôles ne sont pas publics", a réagi l'ancien numéro un mondial dans L'Équipe. "L'ITF (la fédération internationale de tennis) doit jouer la transparence. L'AMA pareil. Sinon, ça continuera et je devrai encore écouter Christophe Rochus faire ses commentaires stupides sans aucune preuve. Je trouve incroyable qu'on puisse écrire ou publier de telles accusations sans preuve."

Le frère aîné d'Olivier Rochus, désormais retraité, avait lâché lors d'un interview sur Twizz Radio qu'il doutait de l'absence de Nadal et du Suédois Robin Söderling, le premier éloigné du circuit à cause d'une blessure au genou, l'autre victime d'une mononucléose.

"Comment peut-on être aussi fort à Roland-Garros et un mois après soi-disant ne plus pouvoir jouer? C'est ça qui fait que ça parait suspect, mais on n'a aucune preuve. Si ça se trouve, il est réellement blessé", avait déclaré le Grézien, toujours aussi rapide à dégainer lorsqu'il s'agit de relancer le débat sur le dopage dans le sport professionnel.

Nadal fait son grand retour sur le circuit cette semaine à Vina del Mar au Chili, où il a remporté la nuit dernière son premier match de simple depuis le 28 juin en battant l'Argentin Federico Delbonis 6-3, 6-2 au 2e tour du tournoi. Durant sa période d'inactivité, le septuple vainqueur de Roland-Garros a subi neuf contrôles antidopage, dont trois tests sanguins et six urinaires.