SÉVILLE En s'adjugeant, hier, la Coupe Davis à 18 ans et 187 jours, Rafael Nadal est devenu le plus jeune vainqueur de l'histoire de l'épreuve. Le Majorquin n'est, il est vrai, pas à un record près! En 2001, il était déjà entré dans la légende en disputant un match professionnel à l'âge de quatorze ans et en 2003, il avait défrayé la chronique en faisant son entrée dans le top 100 mondial à seize ans à peine! «Je le vois numéro un mondial dans les cinq prochaines années », a déjà confié Manuel Santana, figure emblématique du tennis espagnol.

Et c'est vrai que l'Espagnol a tout pour réussir et brûler les étapes. Le talent, bien sûr, mais aussi une rage de vaincre exceptionnelle qu'il exprime rageusement sur le court. Véritable bête de scène, Nadal n'a peur de rien ni de personne. Il fonce. A la façon d'Andre Agassi à ses débuts.

Elevé dans le sérail du football (son oncle Miguel-Angel, qui a défendu les couleurs du Barça et est défenseur à Majorque), Rafael aurait pu faire carrière balle au pied. Mais il opta finalement pour le tennis. Il n'a aucune raison de le regretter. Blessé en début d'année, il a été privé d'une grande partie de la saison. Mais il ne faut pas être grand clerc du tennis pour deviner qu'il prendra sa revanche en 2005, notamment sur terre battue où son phénoménal coup droit et sa résistance dans l'échange devraient faire merveille. Actuellement pointé à la 51e place mondiale, le prodige des Baléares vaut mieux. Beaucoup mieux.

© Les Sports 2004