Hier, Olivier Rochus n’a pas réussi à étoffer sa vitrine d’un troisième titre ATP après ceux de Palerme et de Munich. A Stockholm, il est tombé face aux coups de son ami Marcos Baghdatis "le revenant" 6-1, 7-5. "Le début de match était serré, analyse Oli. A 2-1, je commets deux doubles fautes. Ensuite, il s’envole sans que je lâche prise. Au second set, je mène 4-2, j’ai encore des occasions par la suite, mais mon service n’était pas au point. Il était plus en forme que moi, mais je n’ai pas perdu à cause de mon état de fatigue. J’étais bien dans ce match sans pitié entre deux amis."

Place à un autre défi à Lyon. Au premier tour, cette semaine, l’Auvelaisien a hérité d’un joueur issu des qualifications. "Affronter un qualifié n’est jamais évident, car il a déjà quelques matches dans les jambes sur la surface du tournoi. En fonction de ma semaine lyonnaise, je pourrais m’aligner aux qualifications à Bâle. Enfin, il y aura encore le Masters de Dick Norman à Gand. Puis, je profiterai de vacances bien méritées."

Cette année, ses vacances s’annoncent sous les meilleurs auspices. Il y a un an, il passait sur le billard pour soigner une épaule endolorie. "Je restais alors sur deux saisons en demi-teintes en raison d’une douleur lancinante à l’épaule. Même si je n’ai plus 18 ans, j’ai repris la saison 2009 en bas de l’échelle. De challenger en challenger, je me suis refait un classement. En dix ans de carrière, je n’avais jamais disputé autant de rencontres. Cette année a été incroyable, car je revenais de très loin. C’était inespéré. Je suis crevé."

Le déclic de sa saison s’est produit la semaine précédant Roland Garros, lors du Challenger de Zagreb. "Là-bas, j’ai senti que mon épaule était complètement rétablie et que je pouvais jouer sans retenue, ce qui ne m’était plus arrivé depuis longtemps. J’ai senti que mon jeu était bien en place. Ensuite, ma semaine à Halle a augmenté mon capital confiance. J’atteins les demi-finales d’un 250 Series en tenant la dragée à Novak Djokovic. Là, j’ai réalisé que j’avais parcouru beaucoup de chemin pour revenir à un tel niveau. Cette semaine à Stockholm restera évidemment mon plus beau souvenir de la saison. En plus, je garderai ces points toute la saison prochaine."