MONTE-CARLO Le tournoi de Monte-Carlo ouvre, traditionnellement, la saison sur terre battue. Certes, quelques épreuves ont déjà permis, la semaine dernière, à certains de roder leur mécanique sur la brique pilée, à Valence ou à Casablanca. Mais la compétition monégasque, qui fait partie intégrante des Masters Series, est d'une dimension bien supérieure.

Impressionnant depuis le début de la saison (victoires à Doha, à Rotterdam, à Dubaï, à Indian Wells et à Miami), le Suisse Roger Federer sera, bien sûr, la grande attraction du tournoi. Malgré un beau succès l'an passé à Hambourg, le n°1 mondial n'a jamais signé de grands résultats sur la terre battue. Ses échecs successifs à Roland-Garros en sont la plus belle preuve. Mais, au contraire de John McEnroe, de Jimmy Connors ou de Boris Becker, véritablement allergiques à la terre rougeâtre, le Bâlois, qui a grandi sur cette surface, semble avoir le potentiel pour vaincre, tôt ou tard, le signe indien. Sera-ce pour cette année? C'est évidemment la question qui brûle les lèvres de tous les passionnés. Ce tournoi de Monte-Carlo servira, en tout cas, de premier test pour l'artiste helvète. «Je n'ai pas encore eu l'occasion de beaucoup penser à la saison sur terre battue », a déjà prévenu, prudent, l'intéressé.

Il est clair que l'objectif premier du champion suisse est d'être fin prêt à Roland-Garros. Mais, dans sa forme actuelle (32 victoires en 33 matches cette année), quelque chose nous dit qu'il pourrait déjà afficher ses intentions au pied du Rocher. Le tirage au sort lui a, d'ail- leurs, été plutôt favorable. Au premier tour, Federer sera opposé au Britannique Greg Rusedski, un grand spécialiste du... gazon!

Même si Hewitt, Roddick, Agassi et Nalbandian sont absents, l'affiche monégasque a, comme de coutume, très fière allure. Les armadas espagnole (Nadal, Moya, Costa, Ferrer et Ferrero) et argentine (Gaudio, Coria, Canas, Chela et Puerta) sont impressionnantes. Et l'on suivra aussi de près les performances du Russe Marat Safin, vainqueur de l'Open d'Australie et parachuté deuxième tête de série à Monaco.

Côté belge, Olivier Rochus et Xavier Malisse ont été directement versés dans le tableau final tandis que Christophe Rochus y a accédé via les qualifications (lire par ailleurs). Le premier sera opposé, d'entrée, à Ivan Ljubicic, huitième tête de série et l'un des hommes en forme du début de saison. Finaliste des tournois de Doha, de Marseille, de Rotterdam et de Dubaï, le Croate est l'un des joueurs les plus solides du circuit. Quant à Xavier Malisse, il affrontera au 1er tour l'Argentin Juan Ignacio Chela, un solide spécialiste. Là encore, il s'agira d'une entrée en matière délicate pour le Courtraisien, soucieux de redorer son blason après sa crise de colère de Miami.

Le hasard du calendrier ATP a fait coïncider le tournoi alors que Monaco s'apprête à rendre un dernier hommage au prince Rainier. L'épreuve a été maintenue mais toutes les festivités extrasportives ont, bien sûr, été annulées. Et les matches seront suspendus vendredi matin, jour des funérailles.

© Les Sports 2005