Novak Djokovic, N.2 mondial et tenant du titre, a rejoint Roger Federer (3e) en demi-finales de l'Open d'Australie en battant mardi le Canadien Milos Raonic (35e) 6-4, 6-3, 7-6 (7/1).

"Roger est un de mes deux principaux rivaux. C'est grâce à Rafa (Nadal, ndlr) et lui que je suis le joueur que je suis. J'espère avoir au moins une balle de match (vendredi)... mais que le meilleur gagne", a commenté le Serbe, en référence aux 7 balles de match que Federer a sauvées en quarts de finale avant de se qualifier.

Djokovic (32 ans) et Federer (38 ans) s'affronteront pour la 50e fois. Le Serbe mène 26 victoires à 23 dans leurs face-à-faces. Le dernier match a été remporté par le Suisse lors des Masters de Londres en novembre, mais en Grand Chelem, c'est Djokovic qui s'est imposé le dernier, en finale de Wimbledon 2019 après avoir sauvé deux balles de match.

Il vise à Melbourne un 17e trophée du Grand Chelem qui le rapprocherait du record de Federer (20).

Djokovic s'est montré beaucoup trop solide pour Raonic dont il est parvenu à maîtriser l'énorme service en renvoyant 62% des premières balles du Canadien.

Au total, Djokovic n'a commis que 14 fautes directes contre 48 à son adversaire.

Le Serbe a ainsi poursuivi sur sa lancée des tours précédents et éliminé le Canadien sans perdre la moindre manche. Seul Jan-Lennard Struff a réussi à lui prendre un set, au premier tour.

Seul petit accroc mardi soir, un problème de lentilles de contact qui l'a obligé à quitter le court à 4-4 dans le 3e set "alors qu'il n'y avait même pas de changement de côté", a-t-il reconnu.

"Je présente mes excuses à Milos et au public d'être ainsi sorti du court, à un tel moment ça ne se fait pas. Ce n'était pas tactique, mais simplement il fallait vraiment que je change mes lentilles", a-t-il déclaré, en arborant sur sa veste de survêtement, en hommage à Kobe Bryant décédé dimanche en Californie dans un accident d'hélicoptère, les initiales K et B, les numéros 8 et 24 que le basketteur a portés aux Lakers, et un coeur.

Federer sauve 7 balles de match et s'impose !

Tennys Sandgren, le 100e mondial, a tremblé au moment de conclure son match face à Roger Federer. Alors qu'il menait 3-6; 6-2; 6-2, il obtenait 7 balles de match dans le 4e set, dont trois consécutives dans le tie break, sans pouvoir conclure. Federer, à l'expérience, a laissé jouer son adversaire jusqu'à le pousser à la faute pour obtenir un 5e set miraculeux, qu'il a dominé de la tête et des épaules.

Après la rencontre, Federer était tout sourire durant l'interview réalisée à même le court. L'occasion de dire à quel point il se sentait chanceux. "Sur ces balles de match, on ne peut pas dire qu'on a les choses sous contrôle. J'ai tenté de le faire jouer, voir s'il pouvait faire une ou l'autre faute en espérant que ça aille mieux ensuite. Je me sens incroyablement chanceux aujourd'hui car je ne la méritais pas vraiment, celle-là".

"Il faudra que je joue mieux en demies, parce que sinon, c'est sûr que je vais pouvoir aller skier!", a encore plaisanté le Suisse au micro de Jim Courier sur le court.

Barty tient sa revanche

Barty, 23 ans et lauréate de son premier tournoi du Grand Chelem l'an dernier à Roland-Garros, affrontera l'Américaine Sofia Kenin (15e) pour une place en finale.

La revanche face à Kvitova a tenu ses promesses pendant 1h44, avec en particulier un terrible bras de fer au premier set qui a duré à lui seul 69 minutes.

Soutenue par son public, l'Australienne a remporté cette première manche et a semblé prendre un net ascendant en se détachant 4-0.

Mais Kvitova, double vainqueure en Grand Chelem (Wimbledon 2011 et 2014), a continué à lui donner du fil à retordre.

Barty n'a cependant pas craqué pour s'imposer 7-6 (8/6), 6-2 et elle réussit, avec cette victoire, son meilleur résultat à Melbourne en sept participations.

"Ca a été vraiment incroyable. Je savais qu'il fallait que je sois à mon meilleur niveau contre Petra et le premier set a été crucial", a déclaré Barty, assurée de conserver sa place de N.1 mondiale à l'issue de ce tournoi.

Kenin stoppe Jabeur

Elle est la première Australienne à atteindre les demies de son Majeur national depuis Wendy Turnbull en 1984.

De son côté, Kenin a écarté la Tunisienne Ons Jabeur (78e) 6-4, 6-4 et jouera pour la première fois à 21 ans une demi-finale de Grand Chelem.

"Ca va être un super match, j'ai hâte d'y être", a lancé la joueuse née à Moscou mais qui a rejoint New York enfant avant de s'établir en famille en Floride.

Elle est la dernière encore en lice des 22 Américaines engagées dans le tableau principal de ce premier tournoi du Grand Chelem de l'année. "Je joue pour moi, j'essaie de ne pas penser au fait que je sois la dernière Américaine. Mais bien sûr, c'est un honneur, un privilège. Je suis très heureuse d'être là où j'en suis", a-t-elle commenté.

Contre Jabeur, "le match a été difficile", a-t-elle reconnu, en pensant notamment à ce très long jeu du second set qui lui a permis de revenir à 3-3, mais a bien failli tourner en faveur de Jabeur qui aurait alors pris l'avantage 4-2. La Tunisienne n'a pas réussi concrétiser l'une des trois balles de break qu'elle a eu alors.

Manque d'expérience

"Ca a été un moment tendu. Elle jouait très bien, a commenté Kenin. Je ne savais pas que le jeu avait duré dix minutes, mais je savais qu'il avait duré longtemps. Après ça, j'ai senti que j'avais un ascendant et j'ai mieux joué".

"Je n'avais pas l'expérience d'un quart de finale de Grand Chelem et en plus j'étais, je pense, la favorite. Il a fallu que je me sorte ça de la tête et que je joue point par point", a-t-elle ajouté.

Avant de mettre un terme à l'épopée de la première joueuse du monde arabe à atteindre les quarts en Grand Chelem, Kenin avait stoppé en 8es de finale sa compatriote Coco Gauff, plus jeune joueuse du tableau (15 ans) et qui avait éliminé Venus Williams au 1er tour ainsi que la tenante du titre Naomi Osaka (4e) au 3e.

Kenin avait jusque-là pour meilleur résultat à Melbourne le 2e tour atteint l'an dernier. En Grand Chelem, elle s'était hissée jusqu'en 8es de finale à Roland-Garros, la saison passée également.