Cela commence à sentir sérieusement le sapin. La WTA et l’ATP ont officialisé l’annulation pure et simple de leur tournée respective en Chine. Malgré leurs efforts pour négocier avec le gouvernement chinois, ils n’ont pas réussi à obtenir de dérogation au principe récemment promulgué : pas d’événements sportifs internationaux en Chine d’ici la fin de l’année. Si l’ATP y perd quatre tournois dont le superstar Rolex Shanghai Masters, seul Masters 1000 d’Asie, la WTA y perd presque sa fin de saison : sept tournois dont le Masters à Shenzhen (11,5 millions d’euros de prize money).

Un désastre économique pour le circuit, plus que pour des tournois suffisamment soutenus par leurs provinces et leurs sponsors pour assumer sans souci cette saison blanche. "La Chine a réalisé un travail formidable afin de contenir la transmission du virus et reste très vigilante à ce sujet, tout comme en ce qui concerne les cas importés. Nous serons de retour encore meilleurs en 2021", a commenté Michael Luevano, le directeur du Masters 1000 de Shanghai.

"Nous sommes extrêmement déçus que nos événements de premier rang ne puissent avoir lieu cette année mais nous respectons la décision prise et nous tenons à remercier tous les efforts faits par les tournois de la région pour nous soutenir", a réagi Steve Simon, le CEO de la WTA. Le circuit féminin reprendra à Palerme (3 août) puis à Prague avant de partir (peut-être) pour la tournée US et de revenir en Europe. Rien n’a été inscrit au calendrier après Roland-Garros.

Dans ces conditions, la reprise du circuit pourrait tourner très court si jamais l’US Open coulait à son tour, tant on sent que tout l’édifice 2020 ne tient plus que par quelques fils. Si l’ATP est moins dépendant que la WTA de la tournée en Chine, la perte de Shanghai et Pékin va faire mal au budget de tout le monde, sponsors compris. Et puis, surtout, l’ATP veut toujours organiser son très lucratif Masters à Londres en novembre. Or pour ça, il faut un classement qui tienne quand même un peu la route. Et pour avoir un classement, il faut des tournois…

"Notre approche reste la même : nous suivons les recommandations locales et donc nous respectons la décision du gouvernement chinois qui fait ce qu’il pense être le mieux dans l’intérêt du pays. Notre cœur est lourd de devoir renoncer à des tournois qui font partie des piliers du circuit", a expliqué le président de l’ATP, Andrea Gaudenzi. L’ATP confirme qu’une mise à jour du calendrier pour la fin de la saison sera bientôt communiquée. Quant à la WTA, elle maintient sa décision "de continuer le processus de reprise de la saison, tout en assurant la sécurité de toutes les personnes impliquées". La marge de manœuvre est devenue infime.