Les quatre meilleurs joueurs du monde, Roger Federer et Marat Safin d’un côté, Andy Roddick et Lleyton Hewitt de l’autre, joueront les demi-finales de l’Open d’Australie de tennis, vendredi à Melbourne.

Pourtant l’«Australia Day », jour de la fête nationale, a failli être fatal à Hewitt. Le N.3 mondial a mis plus de quatre heures pour éliminer l’Argentin David Nalbandian (N.9) en cinq sets 6-3, 6-2, 1-6, 3-6, 10-8.

Dominé dans les deux premiers sets, le Sud-Américain a intelligemment changé de tactique en proposant des balles sans consistance à son adversaire, pour l’agacer et mieux le surprendre par de brutales accélérations.

Le temps pour le contreur australien de s’adapter à cette nouvelle donne et il se retrouvait embarqué dans une cinquième manche à haute tension. L’affrontement a même été près de virer à l’aigre plusieurs fois, à cause des «Come on! » (Allez!) tonitruants et des fréquentes contestations d’arbitrage de Hewitt, qui ont semblé exaspérer Nalbandian comme ses précédents adversaires.

L’Australien risque de se présenter en position de faiblesse en demi-finale face à Andy Roddick.

Car parmi les quatre favoris, c’est l’Américain qui a eu le parcours le plus facile. Mercredi, il n’a même pas eu à terminer son match contre Nikolay Davydenko (N.26). Le Russe, présent pour la première fois de sa carrière à ce niveau d’un tournoi du Grand Chelem, a dû abandonner dans le quatrième set, victime de problèmes respiratoires probablement dus à la chaleur, alors qu’il était mené 6-3, 7-5, 4-1.

La surprise Dechy

Ses multiples appels au médecin du tournoi, l’utilisation d’un inhalateur et de grandes quantités de glace aux changements de côté n’ont pas suffi à le rafraîchir, sans surprise. Au tour précédent, il avait failli ne pas pouvoir terminer son match contre l’Argentin Guillermo Canas.

Roddick n’a passé qu’un peu plus d’une heure et demie par match en moyenne sur le court lors de ses cinq premiers tours, soit à peu près la durée de la seule cinquième manche du match Hewitt-Nalbandian. «J’ai navigué en eaux calmes jusqu’à présent. Je n’ai pas beaucoup de kilomètres dans les jambes », a-t-il reconnu.

Federer (N.1) et Safin (N.4), adversaires dans la réédition de la finale remportée l’année dernière par le Suisse sur le Russe, s’étaient qualifiés mardi aux dépens de l’Américain Andre Agassi et du Slovaque Dominik Hrbaty, tous les deux en trois sets.

Dans le tableau féminin, la N.1 mondiale, Lindsay Davenport, a mis fin au rêve d’Alicia Molik (N.10) de devenir la première Australienne à remporter le titre depuis 27 ans. Mais la Californienne ne s’est imposée qu’au bout d’une troisième manche interminable 6-4, 4-6, 9-7. «J’ai eu des problèmes au service (14 aces mais aussi 11 doubles fautes) et c’est pour ça que j’ai passé une journée difficile ».

Elle ne sera certainement pas plus fatiguée que son adversaire en demi-finale, Nathalie Dechy (N.19). Dans le deuxième quart de finale féminin de la journée, curieusement relégué sur un court annexe, la Française (25e mondiale), qui réussit le plus beau tournoi de sa carrière, a mis plus de deux heures et demie pour battre la Suissesse Patty Schnyder (N.12) en trois sets 5-7, 6-1, 7-5.