© BELGA

Tennis

"Rivaliser avec les meilleures nations"

J.Le.

Publié le - Mis à jour le

Le public belge ne serait-il pas un peu blasé ? Hier matin, à l’aéroport de Zaventem, seules deux irréductibles étaient venues accueillir Kim Clijsters et An-Sophie Mestach, après leur retour triomphal de Melbourne.

Qu’à cela ne tienne, les deux joueuses n’en avaient pas perdu leur sourire face aux journalistes venus nettement plus nombreux. Disponibles, patientes, elles se sont prêtées sans rechigner au petit jeu de questions-réponses avec les médias.

"Qui est la meilleure de vous deux ?", a ainsi demandé une petite journaliste en herbe, qui a eu la primeur de l’interview, à la lauréate dans la catégorie junior. "C’est Kim, bien sûr !" , a souri An-Sophie, qui vient d’accéder à la première place mondiale chez les jeunes filles après ses succès en simple et en double à l’Australian Open.

Les exploits de la joueuse de 16 ans ne sont d’ailleurs pas passés inaperçus, puisque c’est elle qui remplacera Justine Henin dans le groupe de Fed Cup. La Fed Cup, c’est d’ailleurs le prochain objectif de Kim Clijsters Enfin presque. "D’abord me reposer ! Ensuite, défaire mes valises." C’est avec son habituelle bonne humeur qu’elle a évoqué son programme à court terme. "Il y a d’abord Anvers et la Fed Cup; ensuite, je vais au tournoi de Paris et puis je verrai."

"Aussie Kim" ne cache d’ailleurs pas ses ambitions avec l’équipe nationale, malgré l’absence de Justine. "J’espère que nous irons le plus loin possible. Bien sûr, c’est vraiment dommage que Justine ne puisse pas être de la partie. Si j’ai plus de pression suite à l’absence de Justine ? Pas vraiment, son retrait ne me concerne pas directement. C’est surtout dommage pour le niveau de l’équipe et pour les supporters belges. Mais avec Yanina, Kirsten et maintenant An-Sophie, on peut rivaliser avec les meilleures nations du monde." Et avec une Kim Clijsters au-dessus du lot - mais qui ne veut pas faire de la première place mondiale un objectif prioritaire -, la Belgique peut nourrir de sérieux espoirs. A croire d’ailleurs, au vu de ses trois titres en Grand Chelem dans sa deuxième carrière, que la Limbourgeoise est encore meilleure qu’avant. "Je crois surtout que j’ai mûri. J’ai grandi et accumulé de l’expérience, et puis, j’ai aussi trouvé un meilleur équilibre. Mais je pense que cette victoire en Australie est ma plus belle en finale d’un Grand Chelem, celle pour laquelle j’ai dû le plus me battre."

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous