À la limite, c’est presque comme s’il s’en fichait. " Pfff Lui ou un autre", fut d’ailleurs sa toute première réaction. Olivier Rochus (ATP 66) n’a pas été gâté par le tirage au sort à Wimbledon, avec un premier tour contre Novak Djokovic (ATP 3), lundi, mais cette perspective peu réjouissante semble être le cadet de ses soucis.

"Je suis plus préoccupé par mon état physique que par mon tirage au sort, nous confia-t-il. Depuis Roland-Garros, je ressens des douleurs au tendon d’Achille gauche. J’ai passé des examens, qui n’ont rien décelé, mais j’ai mal. Peut-être est-ce dû à un changement de chaussures. Ces dix derniers jours, j’ai à peine pu m’entraîner deux heures. Et quand il fait froid, ce n’est pas la joie."

Et c’est vrai qu’il faisait froid samedi à Londres. Avec un vent à décorner les bœufs. C’est bien simple, on se serait cru à la mer du Nord en novembre. Olivier Rochus, cela dit, ne partira peut-être pas battu d’avance contre Novak Djokovic qu’il a déjà dominé sur dur à Miami, au printemps, et à qui il avait failli couper l’herbe sous le pied l’an dernier à Halle.

"Djokovic est un superjoueur, mais il a quelque part un jeu qui me convient bien. Il frappe à plat, envoie des balles tendues, un peu à l’image de Safin, contre qui j’ai également fait de bons matches dans le passé. C’est vrai que Xavier l’a battu au Queen’s et que le gazon est une bonne surface pour l’affronter, mais avec mon jeu, je vais de toute façon devoir courir."

Olivier Rochus les accumule visiblement ces derniers temps. Il y a eu ses allergies en Australie, son disque abîmé dans le bas du dos après Monte-Carlo et donc maintenant un genre de tendinite au tendon d’Achille. A bientôt 30 ans, le petit Auvelaisien commencerait-il par hasard tout doucement à être usé par tous les milliers de coups de raquette frappés aux quatre coins de la planète ?

"Je ne sais pas. C’est vrai que je n’ai plus 20 ans. A l’époque, je ne devais même pas m’étirer et je pouvais encore jouer 3h au foot après mes entraînements. Pourtant, je sens bien mon tennis. Peut-être devrais-je songer à me faire accompagner d’un kiné Je vis une année difficile. L’objectif est de limiter la casse. Je dois encore prendre 300 points d’ici à la fin de la saison pour assurer ma place dans le Top 100, et ils ne tomberont pas du ciel."

De son côté, Novak Djokovic ne se montrait pas non plus satisfait. "Olivier Rochus, ce n’est pas le premier tour que je voulais", nous glissa-t-il à la sortie de son entraînement avec Robin Söderling. "C’est quelqu’un de très talentueux, pour qui le gazon est peut-être la meilleure surface. Je me souviens de notre match à Halle, l’an dernier, où il m’avait donné bien du fil à retordre. Je vais devoir bien servir, car c’est là que j’aurai l’avantage."