Clara Tauson a réalisé mardi le premier grand exploit de sa jeune carrière. La protégée du coach belge Olivier Jeunehomme a ainsi gagné un thriller face à Jennifer Brady, 25e joueuse mondiale et récente demi-finaliste de l’US Open (6-4, 3-6, 9-7).

Tauson, 17 ans et 188e mondiale, a livré un match remarquable de puissance, d’audace et de lucidité. Pour son premier Grand Chelem, elle a sauvé deux balles de match à 6-5 puis a survécu au stress de quatre balles de match manquées sur deux jeux de service avant de conclure à sa cinquième occasion.

Issue des qualifications, elle était forcément déjà bien plus dans le rythme que Brady, qui n’avait en plus pas joué depuis New York. Mais il fallait la voir répondre coup pour coup au coup droit pourtant redoutable de l’Américaine pour comprendre que la gamine ne devait rien au contexte, ni à la chance.

Un jeu spectaculaire et un sacré fighting spirit

L’ancienne n°1 mondiale juniors, qui est basée en Belgique, en découdra désormais avec une autre Américaine, Danielle Collins, pour une place au troisième tour. Jeunehomme, qui avait déjà amené l’Ukrainienne Dayana Yastremska dans le top 30, confirme encore une fois qu’il a la bonne approche. S’il est toujours difficile de faire des prédictions sur des joueuses si jeunes, on note la qualité de frappe de Tauson ainsi que sa faculté à bien construire les points sans se laisser emporter par sa puissance et sa fougue. Le sens du jeu à cet âge-là, quand on a en plus un coup droit d’une lourdeur impressionnante et d’évidentes qualités athlétiques, cela donne le droit à de belles ambitions.

Dans tous les cas, Tauson a déjà gagné des fans à Paris avec un jeu spectaculaire et un sacré fighting spirit. Justine peut avoir le sourire.