Ce tournoi du Grand Chelem de tennis a déjà été décalé d'une semaine par les organisateurs (30 mai-13 juin).

Dans le cadre du déconfinement progressif décidé par le gouvernement, "la jauge est celle de 35%" de la capacité des stades, "avec un maximum de 1000 personnes", "par court", a détaillé Jean-Michel Blanquer.

Le ministre n'a toutefois pas précisé si la jauge changerait, notamment pour les finales, à partir du 9 juin.

En effet, à cette date, dans les stades de France, "on passe à 65% avec un plafond à 5.000" personnes, "donc on va commencer à avoir des stades honorablement remplis", a-t-il dit.

Autre question pour Roland-Garros: les matches en nocturne seront-ils joués à huis clos en raison du couvre-feu? "Est-ce qu'on est capable de mettre en place un système de justificatifs (pour les spectateurs), ça fait partie des choses qui se discutent" avec les organisateurs, a-t-il dit.

Jean-Michel Blanquer n'a pas exclu des modifications à ces règles "en fonction de ce que l'on constatera de la crise" et de son évolution.

Il a par ailleurs vanté les mérites d'un "pass sanitaire" (test négatif ou certificat de vaccination): le présenter "pourra être la condition pour pouvoir entrer dans les stades".

Alors qu'approchent les Jeux olympiques, le ministre a confirmé que les sportifs de haut niveau pouvaient être vaccinés "depuis plusieurs jours", "sur la base du volontariat".

"C'est normal", a dit Jean-Michel Blanquer, ajoutant: "Ils ne sont pas si nombreux".

En ce qui concerne la pratique du sport, il a confirmé la réouverture des gymnases le 19 mai, pour "des pratiques sportives individuelles mais avec des protocoles sanitaires stricts".

"C'est le 9 juin qu'on aura réellement la possibilité de recommencer à jouer par exemple au handball", a-t-il détaillé. "Les mineurs peuvent retourner à la piscine à partir du 19 mai" et "le 9 juin, vous pourrez commencer à faire un match de football".